.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

8 mars 2019: Sika Kaboré invite les femmes à s’approprier la lutte contre le terrorisme


L’image contient peut-être : 1 personne, plein air et intérieurLe Burkina Faso à l’instar d’autres pays de la sous-région est en proie à des attaques terroristes qui ébranlent l’unité nationale et la stabilité du pays. Ainsi selon un rapport  du Ministère de la Sécurité Intérieure , les attaques terroristes ont fait cent dix-huit (118) personnes tuées dont soixante-dix (70) civils et quarante-huit (48) éléments des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) entre le  1er janvier 2015 et le 15 septembre 2018.  Face à cette situation le ministère de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire entend mettre en exergue la participation des femmes dans l’instauration et le maintien de la paix et de la cohésion sociale ainsi que dans la lutte contre le terroriste à travers la célébration commémorative de la 162 ème Journée internationale de la femme. La cérémonie officielle a eu lieu dans la ville de Koupéla, région du Centre-Est, sous le thème  »Contribution de la femme à l’édification d’un Burkina Faso de sécurité, de paix et de cohésion sociale ». Patronnée par Madame Sika Kaboré, épouse du Chef de l’Etat, cette cérémonie a été l’occasion pour les différents intervenants de  relever le rôle des femmes dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Burkina Faso et leurs précieuses contributions à la sauvegarde et à la promotion de la paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso. Après le mot de bienvenue de Harouna Tiogo, maire de Koupéla, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal a rappelé que le 8 mars est l’occasion pour le gouvernement  et l’ensemble des acteurs au développement de montrer l’intérêt qu’ils portent à la femme. Ainsi pour elle, plusieurs actions ont été réalisées en faveurs des femmes. on peut citer entre autres la tenue d’un forum national des femmes, l’effectivité de la gratuité des soins en faveur des femmes enceintes, allaitantes et des enfants de moins de 05 ans, la dotation de 87 associations féminines en matériels pour la mise en oeuvre de leurs activités, l’accompagnement de 250 femmes pour la mise en place de leurs entreprises, l’appui apporté à 300 femmes et jeunes filles des régions pour le montages de leurs projets et le retrait de la rue de 105 femmes et jeunes filles. Face  attaques terroristes qui qui menacent l’intégrité de notre territoire, déstabilisent notre système éducatif et ralentissent les activités économiques, surtout dans les zones touchées, la ministre Laurence Ilboudo a invité les femmes à rester unies et déterminées à bâtir et à défendre le Burkina Faso, dans le but de léguer aux générations futures un Burkina de paix, de sécurité et de paix sociale. Dans la même dynamique, la première dame du Burkina, madame Sika KABORE, a lancé un appel aux femmes à plus de collaboration avec les forces de défense et de sécurité et à s’approprier la lutte contre le terrorisme, le grand banditisme dans notre pays. « Trop souvent confinées dans le rôle passif de simples victimes, les femmes sont pourtant porteuses d’initiatives et de solutions efficaces contre la radicalisation et l’ extrémisme violent » a-t-elle ajouté.

Au cours de la cérémonie, 30 personnes ont été décorées comme chevaliers de l’ordre du mérite de la santé et de l’ action sociale avec agrafe promotion de la femme et 10 autres comme chevaliers de l’ ordre du mérite de la santé et de l’ action sociale avec agrafe action sociale. La journée a été meublée par  une animation grand public et un tournoi de football féminin dénommé « Super coupe dames. Cette journée de 8 mars à Koupéla a été précédé d’un panel  qui eu lieu la veille à Tenkodogo, chef lieu de la région du Centre -Est. Ce panel a porté sur les thèmes suivants:rôle des femmes dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Burkina Faso, contribution de la femme à la sauvegarde et à la promotion de la paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso et  lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Burkina Faso : quelle forme de collaboration entre les FDS et les populations ?

Jérôme KABORE

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *