.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Déroute des éléphants 4 à 0: Jean-Louis Gasset, le bouc émissaire parfait!


Au dévoilement de la liste du Onze entrant Ivoirien retenu pour débuter le match contre la Guinée-Equatoriale ce Lundi 22 Janvier, une impression se dégage tout de suite. Le sélectionneur Jean-Louis Gasset a visiblement pris en compte les récriminations du public sportif sonné par la défaite face aux Super Eagles du Nigéria le 18 Janvier dernier. Le virevoltant ailier du Stade de Reims, Oumar Diakité figure parmi les titulaires.

 

Nicolas Pépé est aligné sur le front de l’attaque aux côtés de Christian Kouamé. Et le positionnement du défenseur de Nottingham Forest, Willy Boly dans l’axe central avec Evan Ndicka tout comme celui de Wilfried Singo sur le côté droit de la défense, correspondaient à des réclamations de nombreux observateurs.

Malheureusement, le réajustement technique opéré par le coach Gasset n’aura pas suffi à améliorer la lucidité des pachydermes Ivoiriens qui se sont créés un nombre incalculable d’occasions dans la majeure partie de la première mi-temps sans être capables d’en concrétiser une seule. Jusqu’à ce que les Equato-Guinéens particulièrement inspirés sur leur unique phase offensive des 45 premières minutes, ouvrent le score contre le cours du match. Les éléphants sont désabusés. Le public s’affale et avec lui, toute la Côte d’Ivoire.

Scénario identique en seconde période où les poulains du coach Français reviennent avec des intentions clairement affirmées. La victoire à tout prix. Sauf que cette fois, le manque de réalisme des Ivoiriens cède rapidement la place à une rafale de buts des joueurs Equato-Guinéens décidément prolixes face à des pachydermes tétanisés par l’enjeu et fragilisés par le score au tableau d’affichage. Ajoutés à cela les deux buts annulés, toutes les conditions étaient réunies pour le naufrage. Depuis le banc de touche, que pouvait faire le pauvre technicien Français? 

Absent de l’aire de jeu, n’ayant que comme seuls armes ses éléments, Jean-Louis Gasset a certainement été victime du manque de réalisme de ses poulains. Dans de telles circonstances, il faut toujours un bouc émissaire. Et le meilleur profil à l’heure actuelle est forcément l’entraîneur qui devra avoir le dos très large.

Raoul Mobio/Netafrique.net

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.