.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Chine: verdir les nouvelles Routes de la Soie, une ambition mondiale partagée


Forest City, un projet de développement lancé dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » dans l’État de Johor, en Malaisie

Depuis qu’elle a été proposée pour la première fois en 2013, l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » (ICR) a pris de nombreuses formes. Stratégie lucide visant à relier l’Asie à l’Afrique et à l’Europe par des réseaux terrestres et maritimes, l’ICR a pour principaux objectifs l’intégration régionale et la stimulation du commerce et de la croissance économique… mais pas seulement ! Les enjeux mondiaux liés au développement durable de la même décennie ont été portés par les Nations unies ou encore l’Accord de Paris sur le climat. La Chine est devenue un acteur incontournable pour favoriser l’énergie verte, ce qui a inévitablement conduit au développement d’une stratégie de la part de son gouvernement pour verdir les routes. Les Routes de la Soie vertes sont nées !

La genèse du verdissement des routes

L’ICR verte a été proposée par le gouvernement chinois pour relever les défis environnementaux liés à l’ICR et éviter les prévisibles critiques occidentales, autour du développement des différents projets menés. Une réflexion diplomatique de haut niveau a été menée pour accroître la durabilité environnementale de l’ICR. Elle a été lancée lors du 2e Forum de « la Ceinture et de la Route » pour la coopération internationale, qui s’est tenu en avril 2019 à Beijing. L’idée était de créer un réseau international ouvert, inclusif et volontaire, qui rassemble l’expertise environnementale de tous les partenaires pour s’assurer que l’ICR apporte un développement vert et durable à long terme à tous les pays concernés, à l’appui de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Une initiative partagée, pour le bien commun et avec des objectifs globaux.

La Coalition internationale pour le développement vert de « la Ceinture et de la Route » et les Principes d’investissement vert pour le développement de « la Ceinture et de la Route » sont deux initiatives qui sont à la fois potentiellement importantes et révélatrices des défis plus vastes auxquels sont confrontées les autorités chinoises. La première reflète une tendance récente à l’abandon des accords bilatéraux qui définissaient l’ICR dans sa première phase, au profit d’une approche multilatérale conforme à l’évolution de l’art de gouverner institutionnel de la Chine et à ses ambitions de leadership mondial – bien qu’elle soit également révélatrice de la préférence de la Chine pour une forme de multilatéralisme superficiel qui n’impose pas d’obligations à ses participants. La Chine a toujours tendu la main à ses partenaires internationaux pour créer une dynamique sans idéologie au service notamment des pays en voie de développement.

Le développement de ces projets dans le secteur de l’énergie est encadré par deux questions stratégiques fondamentales : la nécessité de fournir un approvisionnement adéquat en énergie abordable pour soutenir la croissance, et l’impératif de réduire les émissions pour lutter contre le changement climatique mondial. Heureusement, il est aujourd’hui plus possible que jamais de marier ces deux objectifs pour parvenir à une croissance durable alimentée par l’énergie.

L’énergie hydraulique, verte et socialement bénéfique

Dans le cadre des projets menés sous le label de l’ICR depuis 2013, les barrages hydroélectriques ont été jugés comme prioritaires pour leurs attributs verts et socialement impactants pour les économies et populations. La plus forte présence de la Chine est dans le secteur de l’hydroélectricité avec 49 % des nouvelles additions de capacités chinoises sur la décennie en Afrique. Les entreprises et bailleurs chinois ont profité du vide laissé par les autres bailleurs internationaux au tournant des années 2000, étant déjà expérimentés et matures à ce moment, pour exporter leur expertise domestique.

L’hydraulique continuera d’être le cœur de la présence chinoise en Afrique, en attestent les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie qui anticipe que 70 % des capacités hydrauliques sur la période 2021-2030 en Afrique devraient provenir d’acteurs chinois. L’enjeu est donc de garantir des études environnementales et sociales préliminaires, des systèmes de résolution des conflits et des mécanismes de transparence solides pour réduire le profil de risque de ces grands projets. Il est important de redorer l’image de l’énergie hydraulique, souvent critiquée pour ses projets longs et coûteux. Mais il faut voir les conséquences sur le temps long, c’est la nature même du projet de l’ICR.

Un projet hydraulique, ce n’est pas seulement un bloc de béton dans la nature, c’est aussi une source d’énergie propre, fournissant des capacités électriques manquantes pour la création d’un tissu économique. Ce dernier favorisera l’essor social des populations et leur développement. Du côté de la formation, ce sont des ingénieurs et techniciens qui seront formés sur les métiers de ce secteur devenu stratégique pour les pays concernés.

Le modèle d’une station-service intégrée, à savoir les services pétroliers, gaziers, électriques et à hydrogène, exposé par Sinopec à la CIFTIS (PHOTO : YU JIE)

La coopération verte sino-européenne

La plateforme de coopération énergétique UE-Chine est un outil pratique qui soutient le dialogue sur l’énergie et permet d’atteindre les objectifs spécifiques de la coopération énergétique bilatérale entre l’UE et la Chine. L’instrument de partenariat de l’UE, conçu pour promouvoir les intérêts stratégiques de l’UE et relever les défis mondiaux, finance la plateforme. Elle est dirigée conjointement par la direction générale de l’énergie de la Commission européenne et l’Administration nationale de l’énergie de Chine.

La plateforme rassemble un large éventail d’acteurs du secteur de l’énergie en Chine et dans l’UE, tels que les autorités publiques compétentes, les associations du secteur de l’énergie, l’industrie et les entreprises du secteur de l’énergie, ainsi que les principaux instituts de recherche et groupes de réflexion dans le domaine de l’énergie. Ensemble, ils fournissent une analyse approfondie des avantages et des défis dans les quatre domaines prioritaires de la déclaration conjointe de 2019. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le Premier ministre chinois, Li Keqiang, avaient approuvé la mise en œuvre de la plateforme dans la déclaration du sommet UE-Chine, le 9 avril 2019, et elle a été lancée à Beijing le 15 mai 2019.

On peut citer la coopération sino-européenne intitulée « SiEUGreen » qui est un projet de coopération avec des participants de Suède, du Danemark, d’Italie, de Türkiye et de Chine. Le consortium du projet SiEUGreen est multidisciplinaire et comprend des chercheurs européens et chinois, des fournisseurs de technologie, des PME, des financiers, des autorités locales et régionales et des communautés résidentes. Il s’intéresse aux énergies renouvelables (yellow tech), à la gestion des déchets et de l’eau (blue tech), aux techniques de plantation (green tech) et à l’innovation sociale (engagement social et co-création).

Dans le domaine de l’hydrogène, source d’énergie de plus en plus populaire, la coopération sino-européenne se renforce et pourrait profiter aux pays en développement. Le 15 avril, le 2023 China-Europe Hydrogen Energy Industry Forum s’est tenu à Baotou, dans la région autonome de Mongolie intérieure, dans le but de saisir l’opportunité de la transition énergétique pour approfondir les échanges et la coopération entre la Chine et l’Europe en vue d’un développement de haute qualité de l’industrie de l’hydrogène.

Enfin, la Chine et l’UE ont mis en place de vastes systèmes de financement vert. L’objectif des deux marchés est de mobiliser des fonds pour contribuer à une économie verte en réduisant les coûts de transaction et en augmentant les incitations à la finance verte. La Chine et l’UE ont déjà mis en place une plateforme pour l’harmonisation du financement vert qui pourrait être utilisée pour accélérer l’harmonisation du financement vert. Cette coopération qui s’inscrit dans les objectifs de 2060 développera au fil du siècle des expériences enrichissantes, adaptables aux pays en développement membres de l’ICR. La coopération sino-européenne dans le domaine pourra favoriser un financement vert sur des continents encore novices ou trop peu impliqués dans cette nouvelle forme de financement.

Des échanges approfondis et une coopération pratique sur l’environnement et le climat, l’énergie verte et la finance verte dynamiseront encore davantage le partenariat stratégique global entre la Chine et l’Europe. Cela offrira de nouvelles solutions qui aideront aux transitions économiques d’autres pays et contribuera à promouvoir le développement durable à l’échelle mondiale. La coopération sino-européenne en faveur de l’économie verte est anticipée au niveau planétaire.

Dans le monde d’aujourd’hui, les pays voient leurs intérêts s’imbriquer et leurs destins étroitement se lier. Sur ces questions, urgentes et partagées, il y a la nécessité de dépolitiser l’évaluation financière et de se concentrer plutôt sur l’amélioration du cadre de vie des régions concernées de l’ICR, ainsi que sur l’impulsion visant à réduire les émissions de carbone grâce à la diffusion des technologies de pointe. La coopération devrait être la norme, mais on s’oriente vers une compétition avec le lancement de la stratégie européenne « Global Gateway » qui vise le secteur du développement durable pour apporter une alternative à l’initiative de la Chine. Aurons-nous droit à une compétition saine pour le bien des pays et des économies en développement ou bien à une volonté de dépassement et de négation des efforts considérables de la Chine depuis 2013 dans le cadre de l’ICR ?

*ADRIEN MUGNIER est directeur de l’Observatoire français des nouvelles Routes de la Soie, un centre d’étude et de veille sur l’initiative « la Ceinture et la Route ».

Source:La Chine au présent  Auteur:ADRIEN MUGNIER

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.