.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Présidentielle de 2020: les candidatures de Roch Kaboré et Salomon Yaméogo déposées


La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a reçu, le mardi 29 septembre 2020, les dossiers de candidature de Roch Marc Christian Kaboré et celui du candidat indépendant Salomon Yaméogo.

Le dépôt des dossiers de candidature à l’élection présidentielle de novembre prochain court, du 28 septembre au 2 octobre 2020, à la Commission nationale indépendante (CENI). Au deuxième jour de réception des dossiers, l’ambiance était particulière devant les locaux de l’institution chargée des élections. Et pour cause, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, candidat à sa propre succession, devait y déposer ses dossiers. En T-shirt orange, à l’effigie du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), les militants, qui ont investi les lieux, ont plutôt accueilli le président du parti, Simon Compaoré, chargé du dépôt des dossiers. Dans une ambiance de klaxons et de sifflets, Simon Compaoré et quelques cadres du parti au pouvoir ont été accueillis par le protocole mis en place, à cet effet. La délégation a été ensuite conduite dans la salle de réception des dossiers où le processus de dépôt lui a été expliqué par le président de la CENI, Newton Ahmed Barry. M. Compaoré s’est présenté devant la commission de réception pour vérification des dossiers du candidat Kaboré qui ont été jugés complets. Un récépissé de réception lui a donc été remis par M. Barry qui a insisté que « la réception du dossier ne présume pas sa validité ».
Cependant Simon Compaoré ne fait pas de doute sur la validité de « leur dossier » au regard de la rigueur avec laquelle il a été élaboré.
« Nous avons préparé minutieusement nos dossiers … Tout a été fait selon les règles et la loi », s’est-il réjoui. Pour lui, il ne reste que le déroulement de la stratégie de campagne du parti sur le terrain. Ce qui va permettre au MPP et à ses alliés, a-t-il poursuivi, de remporter la présidentielle au soir du 22 novembre prochain.
Cette deuxième journée de réception des candidatures a également enregistré les dossiers de Salomon Justin Yaméogo. Pour ce candidat indépendant, les dossiers étaient incomplets faute des 50 parrainages d’élus (locaux et/ou nationaux) et du reçu de paiement de la caution de 25 millions F CFA. M. Yaméogo dit l’avoir sciemment fait, estimant qu’il a refusé de faire des courbettes aux élus pour qu’ils parrainent sa candidature. « Les partis politiques ont interdit à leurs élus de parrainer des candidatures, tant que la direction des partis n’est pas informée. Certains élus m’ont proposé leur parrainage, mais j’ai refusé », a-t-il dit. Il a poursuivi qu’il attendait que la CENI acte ce manque de parrainage pour saisir le Conseil constitutionnel, parce qu’à son avis, il s’agit de combines entre partis politiques pour recaler les candidats indépendants. Quant à la caution de 25 millions F CFA, Salomon Yaméogo s’est dit prêt à la payer, mais à condition que le Conseil constitutionnel auprès duquel il va introduire un recours dès aujourd’hui 30 septembre, le rassure qu’en cas de rejet de sa candidature, le candidat peut rentrer en possession de son argent. « La loi est trop foireuse. Il est dit qu’au cas où le candidat atteint au moins 10% des voies à l’élection, sa caution lui est rétrocédée. Mais nulle part, il n’est dit que quand sa candidature est rejetée, le Trésor public doit lui remettre ou non son argent », a-t-il insisté. Mais selon la direction de la communication de la CENI, en cas de rejet de candidature, la caution est remboursée au candidat dans les 15 jours qui suivent.

Source: sidwaya

……………………………………………………………………………………………………………….

« Ma candidature, un plus à la construction du Burkina Faso »

Ce 29 septembre 2020, la Commission électorale nationale indépendante a reçu mon dossier de candidature à l’élection présidentielle du 22 novembre 2020. C’est un jalon que nous venons de poser, une étape que nous venons de franchir, dans notre volonté de continuer notre action de développement au profit de nos concitoyens. Fort des acquis engrangés, en dépit des difficultés sans précédent rencontrées, ma candidature est le témoignage de ma conviction qu’ensemble, nous pourrons toujours apporter un plus à la construction d’un Burkina Faso de paix, de progrès, de justice, de liberté, et de démocratie.

Roch Marc Christian Kaboré

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *