.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Mer de Chine méridionale: Beijing n’est pas impressionné par les sanctions américaines


Les Etats-Unis ont décidé de sanctionner 24 entreprises et responsables chinois, qu’ils accusent de contribuer à la «militarisation» de la mer de Chine méridionale.  Pour le China Internet Information Center (CIIE), les américains « mélangent ainsi plusieurs questions sensibles dans leurs relations bilatérales, à savoir la mer de Chine méridionale, les forces militaires et le commerce ».

Dans un article, des spécialistes des relations internationales ont considérés les sanctions comme « une autre mesure symbolique visant à alimenter les sentiments anti-chinois aux Etats-Unis », avant les élections présidentielles.

Toutefois, ils affirment que cette mesure ne dissuadera pas la Chine de « poursuivre sa souveraineté territoriale, ainsi que ses droits et intérêts maritimes légitimes en mer de Chine méridionale et en matière de commerce ».

D’ailleurs, Chen Xiangmiao, chercheur assistant de l’Institut national des études sur la mer de Chine méridionale, a expliqué que « les Etats-Unis ont toujours exagéré la construction de la Chine sur les îles et les récifs de la région. Cette sanction n’est donc pas une surprise », car les Etats-Unis ont renforcé la « répression » contre la Chine dans divers domaines allant des Droits de l’homme au Xinjiang à un lobbying anti-Chine dans le secteur technologique, via Huawei et ZTE.

Chen Xiangmiao considère que cette nouvelle sanction « pourrait être une tactique de l’administration Trump, consistant à jouer la carte chinoise pour gagner des soutiens à l’approche de l’élection présidentielle ».

Ce dernier a indiqué que « ni la société internationale, ni les Américains n’accordent une grande attention à la région de la mer de Chine méridionale. Cette nouvelle mesure vise uniquement à tâter le terrain pour voir si le fait de cibler la région apportera plus de votes » au président-candidat Donald Trump.

Pour le secrétaire d’Etat des Etats-Unis, Mike Pompeo, « les Etats-Unis agissent aujourd’hui pour soutenir la liberté des mers et s’opposer à la coercition sur nos alliés et nos partenaires en Asie du Sud-Est ».

Carte des revendications en mer de

Chine méridionale. Wikimedia

Pour Chen Xiangmiao, cette déclaration écrite sur Twitter par Mike Pompeo « vise uniquement à attiser les flammes pour que les pays de la région s’opposent à la Chine. Cependant, il y a peu de chances que ces pays prennent parti, car se ranger du côté d’un pays engendrerait pour eux des pertes colossales », a souligné ce dernier.

D’après ce dernier, la tentative d’éviter les Etats-Unis « ne marche plus », il faut donc s’attendre à toutes les possibilités de la part des américains. D’ailleurs un rapport du China Power Project – affilié au Centre des Etats-Unis pour les études stratégiques et internationales – a écrit que les expéditions maritimes en mer de Chine méridionale constitueraient plus d’un tiers des expéditions maritimes mondiales.

Il s’agit d’une zone particulièrement critique pour la Chine, le Japon et la Corée du Sud, qui dépendent tous du détroit de Malacca reliant la mer de Chine méridionale et, par extension, l’océan Pacifique à l’océan Indien.

En 2016, la valeur des marchandises chinoises transitant par la mer de Chine méridionale a atteint les 1470 milliards de dollars US (1 243 milliards d’euros), représentant 39,5% de l’ensemble du commerce maritime.

« Malgré les accusations infondées des Etats-Unis sur de soi-disant entraves à la liberté de navigation, la navigation commerciale n’a pas enregistré de perturbations au cours des dernières années, alors que le commerce de la Chine avec les pays d’Asie du Sud-Est se fait chaque jour plus florissant », a noté le CIIE.

De notre partenaire Chine-Magazine

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *