.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Elimination du paludisme au Burkina : l’IRSS fait le point de sa recherche aux enseignants


Dr Lazare Belemnaba:  »face à la persistance du paludisme il est urgent d’impliquer le milieu éducatif dans le processus de la lutte contre la maladie pour des résultats optimum et durables  »

Le vendredi 12 janvier 2024, l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) a organisé un atelier d’information et d’échanges sur la recherche innovante du moustique génétiquement modifié dans le cadre de l’élimination du paludisme. L’ouverture de cet atelier a été présidée par le directeur de l’IRSS, Dr Lazare Belemnaba.

Tenu à Ouagadougou dans l’enceinte de l’IRSS, l’atelier a connu la participation d’environ 300 acteurs du milieu syndical et associatif du secteur de l’éducation. Ils ont salué la tenue de cet atelier qui constitue pour eux un cadre de rencontre entre les scientifiques et les acteurs de l’éducation au Burkina Faso sur la contribution de la recherche et des biotechnologies à l’élimination du paludisme et leur permet de s’approprier la biotechnologie en développement au Burkina Faso dans le cadre de la lutte contre le paludisme.

Le directeur de l’IRSS s’est réjoui de cette grande mobilisation qui témoigne, selon lui de l’intérêt que les enseignants du Burkina accordent à la recherche menée pour éradiquer le paludisme dans notre pays. Pour Dr Lazare Belemnaba, l’organisation de cette rencontre avec les enseignants se justifie par le fait que le monde éducatif est le lieu par excellence de la transmission du savoir, notamment aux jeunes enfants et aux adolescents

« Le savoir engendre des changements de comportements et amorce le développement durable », a-t-il signifié avant de préciser que «  face à la persistance du paludisme, il est urgent d’impliquer le milieu éducatif dans le processus de la lutte contre la maladie pour des résultats optimum et durables à travers un renforcement de connaissances des acteurs principaux de l’enseignement sur la maladie. »

Dans le cadre de ses recherches, l’IRSS entend impliquer les enseignants, en tant qu’acteurs principaux de transmission du savoir, afin qu’ils puissent jouer pleinement leur rôle de moteur de changements. En ce sens, le directeur de l’IRSS, explique qu’ils constituent des parties prenantes importantes capables de questionner la recherche en cours pour en comprendre l’importance, les enjeux et la pertinence — sur l’utilisation des biotechnologie — saisir les potentialités des biotechnologies dans la prévention de la maladie et la promotion de la santé humaine.

Deux principales communications ont servi de bases aux échanges entre les enseignants et les chercheurs. La première qui a porté sur le thème « Biosécurité : Dispositifs législatifs et Procédure d’octroi des autorisations d’expérimentations sur les OGM au Burkina Faso » a été animée par Dr Zézouma Sanon de l’agence nationale de biosécurité.

La seconde, livrée par Windéyam Jean Birba a porté sur « Target Malaria, développement de technologie innovante et complémentaire pour l’élimination du paludisme ». Le communicateur a présenté la vision, les objectifs et le but de la recherche qui a permis de comprendre que Target Malaria est une approche ciblée contre le paludisme. La recherche vise à développer des technologies génétiques nouvelles pour contribuer à l’élimination du paludisme. La prolifération des moustiques vecteurs constitue le facteur principal de la transmission de la maladie et cette recherche a pour but de réduire la densité des 3  espèces qui transmettent majoritairement la maladie. La recherche  est aussi fondée sur des piliers fondamentaux : la recherche scientifique, la réglementation et l’engagement avec les parties prenantes. C’est également un processus de 3 étapes et la derniere étape constitue la technologie du gene drive. Ainsi le communicateur a aussi mis l’accent sur le « gene drive » impulsion génétique qui est une approche nouvelle qui permet de disséminer la modification génétique dans une population de manière efficace, et dans ce cadre pour amener réduction des moustiques ciblés.

Aux termes des présentations, les échanges ont permis aux enseignants de s’approprier les enjeux, le contenu et la technologie développée par Target Malaria et la contribution de la technologie du moustique génétiquement modifié à l’élimination du paludisme.

Jérôme KABORE

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.