.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Cérémonie de décoration des enseignants: voici les mots du ministre André Joseph Ouédraogo


Peut être une image de 7 personnesLe Burkina Faso a célébré en différé la journée mondiale de l’enseignant (e.s) avec la décoration de 283 agents du MENAPLN et du MSRI. Voici l’intégralité du discours livré à cette occasion par les autorités en charge de l’éducation, lu par le ministre André Joseph Ouédraogo. Lisez plutôt.

Mesdames et messieurs en vos rangs, grades et titres respectifs •

C’est à la fois un agréable devoir et un insigne honneur pour mon collègue en charge de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’Innovation et moi-même de prendre la parole à l’occasion de la présente cérémonie de décoration.

Mais avant toute chose, pour tous les enseignants, élèves, parents d’élèves, forces de défense et de sécurité et volontaires pour la défense de la patrie, tombés sur le champ d’honneur, je vous prie d’observer une minute de silence.

Je vous remercie.

Mesdames, messieurs ;

Chers invités

Nous sommes au début d’une nouvelle année scolaire et académique et il est de coutume dans notre pays, que des enseignantes et des enseignants, à l’occasion du 05 octobre journée mondiale de l’Enseignant, soient magnifiés pour la qualité exceptionnelle des services qu’ils rendent chaque jour à l’éducation et à toute la Nation. C’est pourquoi, les plus hautes autorités de notre pays ont jugé utile, de créer spécialement pour rendre hommage aux enseignants, par décret du 08 juillet 1998, l’Ordre de Mérite des Palmes Académiques du Burkina Faso. Depuis cette date, chaque année, des enseignantes et des enseignants ainsi que des amis de l’éducation reçoivent avec honneur cette récompense.

Cette année, ils sont au nombre de 88 enseignants chercheurs et chercheurs, 195 enseignants et agents du Ministère en charge de l’Education nationale, soit au total 283 récipiendaires. Mesdames et messieurs les récipiendaires, soyez félicités pour cette distinction de la Nation.

Aujourd’hui plus que jamais nous avons besoin de recruter des enseignants compétents en nombre suffisant pour atteindre la scolarisation universelle.

En effet, le déficit en personnel enseignant révèle des insuffisances dans le processus de planification des recrutements, que nous devons corriger. A cet effet l’acquisition en cours d’un logiciel de gestion des agents publics du MENAPLN devra nous permettre à coup sûr de mieux gérer le personnel disponible. Le Gouvernement est conscient de la spécificité du secteur de l’éducation qui comprend plus de la moitié des agents publics de l’Etat.

Dans ces conditions, le maillage territorial en matière célérité de l’information exacte peut constituer un handicap a la gestion diligente de certaines situations. Aussi avons-nous fondé un espoir dans la mise en œuvre de ce nouveau dispositif de gestion numérique des agents du MENAPLN. Les équipes sont à pied d’œuvre et des partenaires techniques et financiers sont prêts à nous accompagner.

Au niveau de l’enseignement supérieur, les recrutements d’enseignants chercheurs et de chercheurs se poursuivent afin de donner suite aux doléances des universités, centres universitaires et centres de recherche dont le pays a besoin. Il convient de rappeler que nos enseignants chercheurs et nos chercheurs font la fierté du Burkina et de l’Afrique. Je citerai pour preuve, les résultats très satisfaisants que nous enregistrons chaque année au CAMES. Pour cette année 2023, nous avons eu la joie d’accueillir dans notre pays, 285 lauréats allant de maître assistant à professeurs titulaires. Au concours de l’agrégation des universités en 2022, le Burkina est sorti victorieux avec 33 admis pour la médecine humaine (l’odontostomatologie), la pharmacie et la médecine vétérinaire.

Les enseignants, on le sait, bravent chaque jour l’adversité en temps de paix comme en temps de crise pour apporter la lumière du savoir à notre avenir, nos enfants.

Il est bon de rappeler qu’à l’heure actuelle, douze commissions mixtes composées d’agents des ministères en charge de l’éducation nationale, de la fonction publique, de l’économie et des finances, avec la participation des syndicats de l’éducation, travaillent en tandem pour donner suite aux différents dossiers de correction des indemnités, de reclassement, de titularisation, de départ à la retraite et d’avancement. Cette organisation a été possible grâce à l’accompagnement du Gouvernement, en particulier de Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale et de Monsieur le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective. Je voudrais saluer ici leur engagement à nos côtés ainsi que la participation des organisations syndicales de l’éducation.

Cette année encore, en dépit d’un contexte budgétaire difficile le Gouvernement s’est engagé à recruter des personnels d’éducation pour le compte des structures éducatives dans les différents ordres d’enseignement. Il convient de noter que pour la première fois, nous avons reçu grâce à la sollicitude de l’Ecole nationale d’Administration et de Magistrature dont nous

saluons l’exemplarité de la collaboration, la première cohorte des Administrateurs des lycées et collèges que nous avons immédiatement positionnés dans les lycées et collèges comme proviseurs. Nous attendons de ces nouveaux proviseurs, le professionnalisme dans le management, la rigueur dans le travail, la probité dans la gestion.

Il faut dire qu’en matière d’innovations pédagogiques, le Gouvernement s’est engagé dans un vaste champ de transformation de notre système éducatif afin de l’adapter à nos réalités, de le rendre plus performant.

En matière de réforme éducative, une mesure de taille, en congruence avec la valorisation de notre patrimoine culturel est sans conteste l’institution de la tenue scolaire en Faso dan fani. Ce nouveau projet cher au Gouvernement est entré cette année dans une phase expérimentale dans les communes de Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouagadougou et Sabou au niveau du post-primaire et du secondaire.

Peut être une image de 1 personne et texteMesdames, messieurs ;

Chers enseignantes et enseignants

Dans la nouvelle politique du département, il est privilégié l’écriture des manuels scolaires par les compétences nationales. Car produire par nous-mêmes les curricula de notre système éducatif constitue une autre  manière de valoriser la profession enseignante.

Je voudrais avant de clore mon propos, renouveler mes félicitations aux heureux bénéficiaires de la reconnaissance de la nation et remercier tous ceux qui les ont accompagnés, en particulier leurs familles. Chers parents et amis récipiendaires, merci pour votre accompagnement constant.

Bonne et heureuse année scolaire et académique !

Je vous remercie !

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.