.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

L’évangile de l’inspecteur Pierre ZANGRE au ministre Ouaro: « le gouvernement doit éviter l’apocalypse … »


A Monsieur le Ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales.

La rentrée scolaire avance à grands pas. Elle s’est même déjà effectuée dans la région du Centre-Est en raison de la fête nationale du 11 décembre qui se tient cette année à Tenkodogo. J’en profite pour souhaiter une très bonne année scolaire 2019/2020, faite de paix, de tranquillité et de réussite au monde de l’éducation et à la nation entière. Monsieur le Ministre, il me parait nécessaire de rappeler certaines situations qui risquent de compromettre dangereusement l’année scolaire qui s’annonce.

En effet, aux problèmes déjà connus, se sont ajoutés des problèmes conjoncturellement créés qu’il faudrait nécessairement résoudre pendant qu’il est encore temps. Des problèmes connus on peut retenir :

  • Les retards de reclassements ;
  • Les retards d’avancements (j’attends toujours mon avancement 2017) ;
  • La bonification d’un échelon (j’attends toujours ma bonification d’un échelon) ;
  • L’harmonisation des indemnités spécifiques et de logement ;
  • Les dispositions pour l’octroi du trousseau pédagogique ;
  • Les mécanismes d’acquisition d’ordinateurs à des coûts réduits ;
  • L’injustice faite aux encadreurs pédagogiques du primaire dans leur plan de carrière actuel et même dans le projet de statut valorisant ; Au nombre des problèmes conjoncturels on peut citer :
  • Le blocage des concours professionnels de l’encadrement primaire (IP, CPI, IEPD) qu’aucun prétexte ne saurait justifier. Rien ne doit prévaloir au blocage des enseignants du primaire qui aspirent à une ascension professionnelle dont certains sont à leur « dernière cartouche » en cette année 2019;
  • Le blocage du concours direct de recrutement d’élèves Instituteurs Adjoints Certifiés : il est impérieux de communiquer sur ce blocage car les centaines de formateurs des ENEP veulent être situés sur leur sort ;
  • Le blocage des dossiers des agents nouvellement admis à la retraite : l’un des problèmes les plus graves du moment est que des honnêtes citoyens, ayant servi la nation avec loyauté, dignité, honneur et patriotisme, parfois dans des conditions atroces, se retrouvent au soir de leur carrière sans salaire ni pension de retraite. En effet, le mouvement d’humeur des GRH bloque le traitement des dossiers des travailleurs nouvellement admis à la retraite au MENAPLN. Leur salaire s’en trouve coupé et leur droit à pension non encore établi. Quand on connait le niveau de salaire de l’enseignant burkinabè, on imagine aisément le désarroi que vivent les familles de ces agents à l’orée de cette rentrée scolaire. Il faut donc arrêter l’holocauste en trouvant une solution définitive aux revendications des GRH.
  • Le redéploiement des enseignants : sous prétexte de sureffectifs, des enseignants sont mis sur des listes d’agents à redéployer au mépris des clauses établies entre le gouvernement et la CNSE depuis le 27 janvier 2018 et qui prévoient 50 élèves par classe au primaire, 70 élèves par classe au post-primaire et 60 élèves par classe au secondaire. Malgré nos interpellations, le passage en force semble consommé.
  • Cette liste n’est pas exhaustive…………..

Tout compte fait, le gouvernement doit éviter « l’apocalypse » au système éducatif et vous êtes notre messager idéal pour porter ce cri ce murmure des enseignants à qui de droit. Pour cela, méditons ce que dit le Seigneur à l’ange de l’Eglise d’Ephèse dans Apocalypse 2, 2-5 : « Je connais tes œuvres, ton travail et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants ; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs ; que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom et que tu ne t’es point lassé. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi et pratique tes premières œuvres ; sinon je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes ». Bonne méditation!

Pierre ZANGRE, IEPD, SG/SNEP

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *