.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Covid-19: la Chine, premier pays au monde à avoir remis son économie sur les rails après la pandémie


ÉCONOMIE - 2020, fin de l'argent liquide en Chine ...Le Bureau national des Statistiques vient de rendre publics les derniers chiffres : après une chute temporaire, l’économie chinoise est repartie à la hausse dès le 2e trimestre avec une croissance de 3,2 % en glissement annuel. Les principaux indicateurs indiquent tous une croissance. The Wall Street Journal souligne que la Chine est en effet la première économie majeure de la planète à avoir remis son économie sur les rails après le coup porté par le COVID-19. Pour CNN, la reprise de l’économie chinoise est une bonne nouvelle pour le reste du monde.

3,2 % de croissance : ce résultat n’a rien de surprenant. Dans leurs derniers rapports, le FMI et la Banque mondiale ont tous transmis des messages très positifs concernant l’économie chinoise. Les analystes de la banque australienne ANZ jugent que les bons résultats de la Chine à l’issue du 2e trimestre confirment la reprise de la 2e économie du monde, qui devance ainsi les autres pays d’un à deux trimestres.

Voyons quelques indicateurs, selon les chiffres officiels chinois, au cours du 2e trimestre la valeur ajoutée des entreprises industrielles d’envergure s’est accrue de 4,4 % sur un an, après avoir enregistré une décroissance de 8,4 % au long du 1er trimestre. En juin, le taux de chômage constaté en zone urbaine était de 5,7 %, en légère baisse depuis 2 mois consécutifs. La hausse des prix à la consommation a ralenti. Le volume des exportations augmente de façon continuelle depuis 3 mois. Autant de chiffres qui confirment une réelle reprise de l’économie chinoise.

L’émergence de nouveaux moteurs de croissance a contribué à la santé de l’économie chinoise. Au cours des premiers 6 mois de l’année, la valeur ajoutée du secteur de la manufacture à haute technologie a réalisé une croissance de 4,5 % en glissement annuel. Le tissu industriel a poursuivi sa montée en gamme. Les secteurs des « nouvelles infrastructures » sont en rapide croissance. Prenons par exemple celui du véhicule électrique, la construction des bornes de recharge a accusé une croissance de 11,9 %. La consommation s’affirme comme un moteur de croissance de plus en plus important : en glissement annuel, le volume des articles vendus en ligne s’est accru de 14,3 % pendant les premiers 6 mois de l’année. Sans parler de l’apparition de nouveaux secteurs sur fond de crise sanitaire.

Pour le chercheur américain Adam Posen, les secrets de cette rapide reprise sont les réponses promptes et efficaces données par le gouvernement chinois à la crise sanitaire.

Par ailleurs, la série de mesures politiques mises en place pour amortir le choc de la crise a nettement amélioré la résilience de l’économie chinoise. Les mesures d’allègement fiscal et de soutien financier ont bénéficié à un grand nombre d’entreprises et de secteurs. Dans une interview accordée au journal chilien La Tercera, David Dollar, chercheur de Brookings Institution estime que la politique économique chinoise a une approche « très flexible » favorable à la reprise de l’économie chinoise.

Les défis sont nombreux alors que la Chine n’a pas pour autant relâché ses efforts d’ouverture. On peut évoquer la publication du Plan général du port franc de Hainan, la tenue en ligne de la 127e Foire du Guangdong ou encore la dernière réduction de la liste négative pour l’accès des investissements étrangers. Autant de gestes qui ont rassuré les fonds internationaux quant à l’avenir du marché chinois. Lors de la première séance préparatoire de la 3e Exposition internationale d’importation, des géants d’articles de consommation ont signé un mémorandum confirmant leur participation à l’événement pour les 3 ans à venir.

L’économie chinoise est stable, elle bénéficie d’une croissance continue sur un long terme : il s’agit d’une tendance sûre qui se maintiendra. La Chine est forte du système industriel le plus grand et le plus complet du monde, d’une armée de nombreux talents composée de quelque 170 millions de personnes ayant fait des études supérieures et d’un énorme marché d’un milliard 400 millions de consommateurs dont 400 millions appartiennent à la classe moyenne montante. Des atouts qui donnent à la Chine la possibilité d’opter pour une nouvelle stratégie basée sur le marché intérieur et soutenue par l’interactivité entre les marchés intérieur et extérieur.

N’oublions pourtant pas que le COVID-19 continue de sévir dans le monde, ce qui met l’économie chinoise devant des dangers croissants. Au niveau semestriel, les principaux indicateurs domestiques de l’économie au terme des 6 premiers mois ont tous chuté par rapport à la même période de l’an dernier. Bien qu’au 2e trimestre, la tendance soit l’augmentation, l’impact de la crise reste une réalité. La Chine devra encore faire de vastes efforts pour ramener son économie à un niveau normal.

L’économie chinoise qui s’est avérée résiliente par le passé est capable de relever de nouveaux défis. Dans sa lettre du 15 juillet adressée aux membres du Global CEO Council, le président chinois Xi Jinping déclare : la Chine poursuivra ses efforts de réforme et d’ouverture, de manière à garantir un environnement d’affaires plus approprié aux entreprises chinoises et étrangères et à créer de nouvelles opportunités.

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *