.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Chine: un nouvel instrument de la coopération sino-africaine créé


Un nouvel instrument de la coopération sino-africaine : «Centre d’études des pays francophones d’Afrique»Le Mercredi 15 mai 2019 s’est tenue à Zhejiang Normal University de Jinhua, une grande cérémonie marquant l’inauguration du « Centre d’Etudes des Pays Francophones d’Afrique » en abrégé « Centre d’Etudes Francophones ».

Ce nouvel instrument de coopération vient enrichir le champ dynamique des relations Sino-africaines dans les domaines académique et culturel. Ce Centre dont nous assumons la charge en qualité de Directeur Exécutif relève de l’Institut des Etudes Africaines de l’Université Normale de Zhejiang (IASZNU).

Créé en Septembre 2007 sous les auspices du Ministère de l’Éducation et du Ministère des Affaires Étrangères de la République Populaire de Chine, l’Institut des Etudes Africaines de Zhejiang Normal University est le premier Institut en Chine, spécialement dédié aux études africaines. Après plus de 10 années de développement, l’IASZNU est devenu un Think Tanks très influent sur les affaires africaines en Chine.

L’IASZNU dispose de centres de recherches, d’études du continent ou spécifiques à des pays africains.  L’Institut organise chaque année la « Réunion du Forum Chine-Afrique des Think-Tanks». Il est le premier Institut en chine à créer un musée consacré exclusivement aux cultures africaines, une bibliothèque sur la littérature africaine et une base de données des études africaines.

A ce jour l’’IASZNU a établi des relations de coopération avec plus de 20 Universités et Think-Tank en Afrique. Il a signé des accords de coopération avec plusieurs institutions académiques, culturelles et de développement en Afrique.

Dans la ligne générale de la Coopération Sino-africaine, l’IASZNU mène des recherches théoriques de base et pratiques dans tous les domaines, en mettant l’accent sur les aspects du développement du continent africain et de la Coopération Sino-africaine. A ce jour, l’Institut a publié des dizaines de monographies, des livres traduits, des documents de travail, des centaines d’articles dans des revues nationales, internationales et dans la revue du Ministère de l’Education de Chine. Le Rapport Annuel sur le Développement du Continent Africain et les Etudes Africaines compilées par l’IASZNU sont devenus deux journaux influents en matière de recherches africaines en Chine.

Il s’agira pour les animateurs du nouveau Centre (Chinois et Africains) en Chine comme dans les pays francophones d’Afrique de :

  • promouvoir une vision constructive des relations entre la Chine et les pays francophones d’Afrique guidée par l’innovation, l’interdisciplinarité, la collaboration et la coproduction de connaissances sur les Nations Chinoise et Africaines francophones ;
  • contribuer à accroître la sensibilisation du public, des chercheurs et des universitaires sur la coopération entre la Chine et les pays francophones d’Afrique ;
  • favoriser les échanges d’expériences et les perspectives ;
  • créer des opportunités et soutenir des programmes qui favorisent l’engagement des chercheurs auprès des institutions et des centres de recherche dans les pays francophones d’Afrique et en Chine ;
  • promouvoir la diplomatie populaire, les relations de personne à personne dans les pays francophones d’Afrique et en Chine, etc.…;
  • servir de point focal et de catalyseur pour les chercheurs chinois sur les questions relatives aux pays francophones d’Afrique et à la Chine.

Le Centre se veut un instrument dynamique dans la Coopération stratégique Sino-africaine dans le contexte de « l’Initiative La Ceinture et La Route ».

La cérémonie était présidée par le Vice-secrétaire Général du Parti Communiste Chinois à Jinhua et Vice-président de l’Université, l’Ambassadeur du Cameroun, Doyen du Corps diplomatique africain en Chine, du Grand africaniste chinois, Distingué Professeur Liu Hongwu.

Elle a été  honorée par la présence du Chargé d’Affaires de l’Ambassade du Mali en Chine et du Premier Secrétaire de l’Ambassade du Sénégal en Chine, représentant l’Ambassadeur empêché, du corps professoral et de nombreux étudiants chinois et africains. Le discours d’ouverture du Vice Secrétaire Général du PCC a été suivi du dévoilement de la plaque, de la  prestation de danses traditionnelles d’étudiantes africaines et des allocutions de l’Ambassadeur du Cameroun et du Prof. Liu Hongwu.

La Conférence Internationale qui a suivit la cérémonie officielle a été l’occasion pour les participants de suivre des présentations académiques portant sur le thème: « La Coopération Stratégique entre la Chine et les Pays Francophones d’Afrique dans le cadre de l’Initiative La Ceinture et La Route ».

Le Prof. Liu Hongwu, Grand africaniste chinois, Distingué Professeur, Doyen de l’Institut des Etudes Africaines de l’Université Normale de Zhejiang a développé le concept de « l’Africanologie chinoise ».

Selon le Prof Liu, l’Africanologie est une étude interdisciplinaire complète axée sur les sciences humaines et les phénomènes naturels du continent africain, explorant le processus historique des civilisations africaines, ainsi que son économie, sa politique et son développement social contemporains, constituant une base de recherche dans une dimension temporelle et spatiale spécifique.

Son contenu comprend diverses activités et processus d’exploration pour la recherche cognitive sur l’Afrique dans tous les aspects, ainsi que des concepts et méthodes systématiques, des connaissances et des idées sur l’Afrique accumulés au cours des activités d’exploration.

Au sens large « l’africanologie englobe toutes les connaissances et tous les domaines idéologiques qui font de l’Afrique la région et le continent objet de recherche, y compris les études africaines dans les domaines des sciences humaines, des sciences sociales, des sciences naturelles, des technologies, de l’ingénierie et autres… ».

Au sens étroit, « l’africanologie se réfère à une discipline globale dont le contenu principal est le processus civilisationnel du continent africain et les questions contemporaines de développement politique et économique ».

Il a été donné aux participants de comprendre la place qu’occupe la littérature africaine dans le monde littéraire en Chine à travers des romans d’auteurs africains traduits en chinois. Une descente dans les labyrinthes de l’histoire a mit en lumière la déportation de chinois en Afrique pendant la colonisation française.

Entre 1921 et 1934, des centaines d’africains ont perdu la vie durant la construction du chemin de fer Congo-Océan. Plus de huit (800) chinois, originaires de la province de Guangzhouwan pour la plupart ont été déportés pour travailler sur les chantiers de cette ligne de chemin de fer dont le principal objectif était la poursuite de la pénétration coloniale en Afrique et l’intensification de l’exploitation de cette partie du continent.

L’histoire de la Chine et de l’Afrique, la littérature des deux parties recèlent à suffisance la preuve des péripéties, des vicissitudes, des souffrances endurées par les peuples Chinois et Africains. C’est dans cette douloureuse histoire commune que prend naissance l’amitié sincère, fraternelle et pragmatique entre la Chine et l’Afrique.

C’est dans cette amitié sincère et pragmatique enracinée dans les profondeurs des âges que s’est forgé le destin de la Coopération Sino-africaine sur la voie d’un développement commun. Le Centre d’Etudes Francophones prendra son inspiration dans le dynamisme du partenariat sino-africain de coopération stratégique global.


Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à Chine-Magazine.Com.

De notre partenaire Chine Magazine

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *