.
.

L'actualité en toute intégrité

.

Attaque au couteau à Paris : l’assaillant était un Français


L’assaillant a tué un passant au couteau et en a blessé quatre autres avant d’être abattu par les policiers, samedi soir, dans le quartier de l’Opéra. Peu après les faits, Daech (acronyme arabe du groupe de l’Etat islamique) a revendiqué l’attaque par l’intermédiaire de son agence Amaq, qualifiant l’agresseur de « soldat de l’Etat islamique ».

  • Quel est le bilan de l’attaque ?

Poignardé par l’assaillant, un homme de 29 ans est décédé. La préfecture évoque par ailleurs quatre blessés, dont deux le sont grièvement et ont été transportés à l’hôpital Georges-Pompidou. Selon nos informations, il s’agit d’un homme et d’une femme touchée à la gorge. Dans la nuit, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a indiqué que les quatre blessés sont hors de danger. Six autres personnes ont été recueillies en état de choc par les services de secours.

De source policière, l’assaillant a crié « tuez moi ou je vous tue  »Un policier a fait usage d’un pistolet à impulsions électriques pour le maîtriser. Un deuxième fonctionnaire lui a tiré dessus à deux reprises, le blessant mortellement, selon une source policière. Il se serait écoulé moins de 10 minutes entre le premier appel passé aux services de secours et leur intervention.

  • Qui est l’auteur de l’attaque ?

L’assaillant a été identifié ce dimanche matin. Il s’appelle Khamzat Azimov, est né dans la république russe de Tchétchénie, à Argoun. L’AFP, se fondant sur une source judiciaire, précise qu’il est français. «Il n’avait pas d’antécédent judiciaire», d’après cette même source.

-

Khamzat Azimov, l’auteur de l’attentat perpétré dans le centre de Paris/DRSelon nos informations, il était fiché S, mais à un niveau bas du spectre de menace. Il a pu être rapidement identifié par la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure) grâce à sa photo. Il a été fiché en 2016 car il gravitait dans un groupe de Tchétchènes voulant partir en Syrie.

L’homme, né en 1997, n’avait aucun document d’identité sur lui. Ses empreintes digitales ont été relevées par les policiers de la brigade criminelle. Des moyens de reconnaissance faciale ont également été utilisés. Franceinfo précise qu’il a été naturalisé en 2010, l’année de ses 13 ans.

Venue de Russie au début des années 2000, sa famille s’est d’abord installée à Nice (Alpes-Maritimes). La mère est naturalisée en 2010 au titre de la protection subsidiaire (car exposée à une grave menace dans son pays) et de l’asile, d’après nos informations venant de sources proches du dossier. Mineur, son fils est automatiquement naturalisé. Le père de ce dernier reste russe.

Après la séparation de ses parents, Khamzat Azimov et sa mère s’installent à Strasbourg (Bas-Rhin). C’est là que Khamzat est fiché et suivi par l’antenne locale de la DGSI. Sa mère s’installe ensuite dans le 18e arrondissement de Paris. Khamzat l’y rejoint. Une perquisition a eu lieu sur place dans la foulée de l’attaque de samedi soir.

  • Que s’est-il passé exactement ?

L’attaque a eu lieu rue Monsigny, à proximité de la rue Saint-Augustin, connue pour ses nombreux restaurants. Plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux montrent des personnes en train de fuir dans les rues du quartier.

-

Paris 2e, samedi. Le quartier est quadrillé par la police LP/ Olivier Corsan«Peu avant 21 heures, on a vu des personnes se ruer à l’intérieur du restaurant en hurlant qu’un homme était dehors avec un couteau ensanglanté», raconte au Parisien Laurent, attablé dans un établissement japonais avec sa petite amie. «Des gens se jetaient par terre, paniqués.»

«Cinq minutes plus tard, il y a eu un deuxième mouvement de foule. Des clients ont bloqué la porte du restaurant, ils avaient peur que l’agresseur se glisse à l’intérieur. Puis, ça s’est calmé. Dehors, même la police semblait un peu perdue au début.»

Le quartier a été bouclé par un périmètre de sécurité et le métro 4-Septembre, sur la ligne 3, a été fermé.

  • Est-ce une attaque terroriste ?

Différents éléments tendent dans cette direction. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie. Lors d’une brève adresse à la presse dans la nuit de samedi à dimanche, le procureur François Molins a fait état de témoignages selon lesquels l’homme aurait crié «Allah Akbar» («Dieu est le plus grand» en arabe) et a souligné que le mode opératoire, au couteau au hasard dans la rue, était caractéristique de ce genre d’attaque.

Dans le même temps, Daech a également revendiqué publié un message de revendication. «L’auteur de cette attaque au couteau à Paris est un soldat de l’État islamique et l’opération a été menée en représailles envers les Etats de la coalition», a annoncé l’un des organes de propagande du groupe terroriste.

Un autre élément est venu s’ajouter dimanche après-midi. Le groupe Etat islamique a diffusé une vidéo sur laquelle un jeune homme présenté comme l’auteur de l’attentat prête allégeance à l’organisation djihadiste. En français, il prête allégeance au numéro un de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi.

-

Une image extraite de la vidéo diffusée par Daech/AFP

  • Où en est l’enquête ?

Le père et la mère du tueur ont été placés en garde à vue dimanche matin. Le domicile familial, rue Pajol dans le XVIIIe arrondissement, a été perquisitionné. Un troisième individu a également été placé en garde à vue. Né en 1997, cet ami de l’assaillant présumé a été interpellé à Strasbourg (Bas-Rhin) ce dimanche.

Dans la foulée, une dizaine de policiers munis de cagoules et lourdement armés ont effectué une perquisition à son domicile. Les policiers ont quitté l’immeuble du quartier de L’Esplanade avec un homme menotté, le visage également dissimulé par une cagoule et qui portait un t-shirt noir avec l’inscription Grozny et le dessin d’une kalachnikov dans le dos. Un deuxième homme a également été emmené par les policiers sans être menotté.

  • Qui sont les victimes ?

Ils sont âgés de 26 à 54 ans. L’homme tué par l’assaillant avait 29 ans et possédait la nationalité française. Il s’appelait Ronan et vivait dans le quartier des Gobelins, à Paris. Les deux blessés les plus graves, maintenant hors de danger, sont une femme de 54 ans et un homme de 34 ans. Ce dernier est un Chinois qui résidait au Luxembourg. Une femme de 26 ans et un homme de 31 ans ont été blessés légèrement.leparisien.fr

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *