.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Qualité de l’éducation : le MENAPLN dans la dynamique de l’édition de nouveaux manuels



DG, François Compaoré:  » ces nouveaux manuels devraient permettre de disposer de l’ensemble de la documentation nécessaire en phase avec nos réalités socio-culturelles »

La recherche de la qualité de l’éducation rime avec l’édition de nouveaux manuels dans la logique de la réforme curriculaire engagée par le Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales. Dans cette dynamique, un atelier  de consolidation des manuscrits de treize manuels a eu lieu du 12 au 17 juin 2023 à Ziniaré.

Placé sous la supervision du Directeur général de la qualité de l’éducation formelle, François Compaoré, de la présidence du directeur de la Production des Manuels et Matériels Didactiques, Innocent Sawadogo et de la coordination du directeur des Curricula, des Programmes et Référentiels, Bonaventure Méda, cet atelier avait pour objectif d’éditer les six manuels scolaires du Cours Élémentaire au Cours Moyen.

Il s’est agi principalement pour les rédacteurs de revisiter les manuscrits des treize manuels du primaire pour les conformer aux contenus des curricula finalisés.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par François compaoré, Directeur général de la Qualité de l’Education formelle en présence du directeur de la Production des Manuels et Matériels didactiques, de la directrice des Editions du CENAMAFS et du représentant du directeur des Curricula, des Programmes et Référentiels.

François Compaoré a témoigné aux rédacteurs toute la gratitude des plus hautes autorités du ministère pour l’intérêt qu’ils accordent à l’édition scolaire et leur engagement à contribuer à l’amélioration de la qualité de l’éducation au Burkina Faso avant de leur rappeler que l’enjeu de la tâche qui leur est confiée est de taille.

Les rédacteurs invités à travailler avec rigueur et minutie afin de minimiser les insuffisances dans certains aspects qui pourraient en affecter la qualité.

Selon le Directeur général, cette tâche consiste à relire des manuscrits de 13 manuels du primaire pour les conformer aux contenus des curricula finalisés, d’extraire les contenus non pris en compte dans la dernière version des curricula, de proposer des contenus pour des nouvelles notions introduites, de faire la mise en page de contenus proposés. «Elle exige de nous rigueur et minutie afin de minimiser les insuffisances dans certains aspects qui pourraient en affecter la qualité »,a-t-il insisté avant de rassurer : « Au regard de l’expérience des uns et des autres et de vos compétences et qualités intrinsèques, je suis sûr que nous sortirons de l’atelier avec des livres très appréciables qui seront immédiatement remis à la direction générale de l’accès à l’éducation formelle pour justement la mise en œuvre du processus de lancement du marché d’impression ».

À en croire François Compaoré, ces nouveaux manuels devraient permettre de disposer de l’ensemble de la documentation nécessaire en phase avec nos réalités socio-culturelles d’une part et d’améliorer significativement la qualité et la pertinence de l’éducation d’autre part.

On retient des propos du DG  qu’après la validation et l’édition des curricula et l’édition des manuels et guides pédagogiques du sous-cycle CP, il était devenu impérieux d’entreprendre la rédaction des nouveaux manuels et guides en lien avec le nouveau curricula des deux autres sous cycles. C’est ainsi que pour les éditions de 2019-2020 et 2021, la Direction générale de la Qualité de l’éducation formelle a pu entamer l’écriture des manuels scolaires et guides de ces disciplines fondamentales et ceux des disciplines d’éveil.

Pour ce faire, 25 titres ont été écrits par les ressources internes du ministère avec l’appui financier de l’UNICEF, mais des contraintes diverses notamment la crise sécuritaire et la pandémie du coronavirus n’ont pas permis de boucler lesdites éditions.

Avec la mise en route de la généralisation de la réforme pour la rentrée 2022-2023 , il était devenu impératif que tous les documents en souffrance soient actualisés et finalisés en vue de permettre leur reproduction dans la perspective d’assurer la continuité de l’implantation de la réforme.

Jérôme KABORE

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.