.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire : plusieurs villes en ébullition…la contestation anti-Ouattara se durcit


La Côte d’Ivoire est de nouveau entrée en ébullition ce Vendredi 16 Octobre, après une première vague de manifestations timides, observée la veille, dans plusieurs localités de l’intérieur du pays.

Plus que la journée du Jeudi 15 Octobre, qui marquait par ailleurs, l’ouverture officielle de la campagne électorale pour la présidentielle du 31 Octobre prochain, de nouvelles localités se sont ajoutées au mouvement de contestation contre le processus électoral en cours en Côte d’Ivoire, et contre la candidature du président sortant, Alassane Ouattara à un troisième mandat.

Jusqu’en fin de matinée, des sources locales indiquaient que plusieurs localités, dont Bongouanou, Mbahiakro, Daoukro et autres, étaient paralysés par les manifestations. Commerces fermés, écoles fermées, circulations bloquées, la désobéissance civile, annoncée le 20 Septembre dernier par le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, semble être pleinement rentrée dans sa phase active.


Pour l’opposition, qui dans la matinée de ce 16 Octobre, animait encore une conférence de presse, au siège du PDCI à Abidjan, il s’agit avant tout de faire avorter le processus électoral en cours.

Face à la presse, Pascal Affi Nguessan, président statutaire du FPI, a renouvelé son appel aux partisans de l’opposition, à faire barrage, partout où ils se trouvent au déroulement de la campagne électorale et à la distribution des cartes d’électeurs. Cependant, l’ancien premier ministre a tenu à mettre en garde contre toute tentative d’agression des manifestants. ‘’Si nous sommes attaqués, nous nous défendrons, a-t-il averti.
Pour les prochains jours, la contestation devrait s’intensifier, comme l’a d’ailleurs annoncé le chef du parti de Laurent Gbagbo. ‘’Nous entrons en campagne contre la campagne’’, a pour sa part, précisé, le secrétaire exécutif du PDCI-RDA, Maurice Kacou Guikahué, alors que le gouvernement vient de publier une mesure d’interdiction des manifestations publiques, exceptées celles organisées dans le cadre de la campagne électorale, et ce, jusqu’au 1er Novembre prochain.

Raoul Mobio, Netafrique.net

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *