.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Conférence publique sur les Relations internationales et la coopération sino-burkinabè post-pandémique: le discours rassurant de Li Jian


L’image contient peut-être : une personne ou plusLe vendredi 18 septembre 2020 s’est tenue dans la salle de conférence de l’hôtel Résidence Prestige à Ouaga 2000 une conférence publique sur le thème  » «les Relations internationales et la Coopération sino-burkinabè post-pandémique — Défis et Perspectives» co-organisée par l’Ambassade de la République populaire de Chine au Burkina et  le Centre d’Analyse des Politiques Economiques et Sociales . A l’occasion, Son Excellence Monsieur LI Jian, Ambassadeur de la République populaire de Chine au Burkina a livré un discours qui a rassuré plus d’un. Nous vous proposons l’intégralité de ce discours qui a été très apprécié par les autorités burkinabé présentes à la cérémonie d’ouverture et les participants . Lisez plutôt

S.E.M. Seydou Zagré, Directeur de Cabinet de la Présidence du Faso,

Monsieur Daniel KABORE, Directeur exécutif du Centre d’analyse des politiques économiques et sociales

Chers invités,

Mesdames et messieurs, chers amis,

L’épidémie de la Covid-19 est une catastrophe pour toute l’humanité. Face à cette épreuve commune, le peuple chinois, le peuple burkinabè et tous les autres peuples du monde ont réagi et lutté avec beaucoup de courages et de sacrifices. Au cours des neufs derniers mois, le peuple chinois a obtenu des résultats stratégiques importants dans la lutte contre la Covid-19. L’économie chinoise est revenue au vert, avec une croissance de 3,2 % au deuxième trimestre de cette année, après une baisse du PIB de 6,8 % au premier trimestre par rapport à l’année précédente. La Chine est ainsi devenue la première grande économie à renouer avec la croissance depuis l’avènement de l’épidémie.

La Conférence Publique d’aujourd’hui dont le thème s’articule autour des « Relations internationales et la coopération sino-burkinabè post-pandémique : défis et perspectives » avec plusieurs sous thèmes est une initiative commune de l’Ambassade et du Centre d’analyse des politiques économiques et sociales (CAPES). Elle permettra de partager l’expérience de la Chine dans la lutte contre le virus et dans la relance économique sous un contexte post-pandémie. Ce sera le lieu d’aborder la situation internationale actuelle et son impact sur les pays africains comme le Burkina Faso et d’autres pays en voie de développement.  Cela a pour objectif d’approfondir les réflexions permettant de promouvoir le développement des relations sino-burkinabè et de consolider la coopération dans tous les domaines.

L’image contient peut-être : une personne ou plusChers invités,

La diplomatie chinoise pratique et poursuit toujours la philosophie d’une communauté de destin pour l’humanité. Cette épidémie a permis à plus d’un de réaliser que, face aux défis communs du monde, seules la solidarité et la coopération peuvent nous aider à surmonter les difficultés. Je suis confiant que l’humanité toute entière sera plus forte et unie après avoir vaincu la Covid-19 parce que la loi de la nature est telle que l’Homme sort toujours grandi des nombreuses catastrophes auxquelles il surmonte. De ce point de vue, la Chine entend travailler main dans la main avec le Burkina Faso et la communauté internationale pour construire un monde après-épidémie plus équitable, juste et solidaire. Pour cela, nous faisons les trois propositions suivantes :

Première proposition : maintenir une ouverture inclusive et forger le destin commun. L’épidémie n’est pas une cage d’oiseau et aucun pays ne peut se renfermer sur lui-même pour devenir une île isolée. L’histoire de la coopération dans la lutte contre la Covid-19 est déjà devenue un exemple pour la communauté de santé publique sino-africaine. Après l’apparition du premier cas confirmé au Burkina Faso, la Chine a été le premier pays à répondre rapidement et favorablement à la demande de soutien des autorités burkinabè et n’a ménagé aucun effort pour aider le peuple burkinabè à mener une lutte efficace contre la maladie. De plus, les expériences réussies en Chine ont été partagées sans réserve avec la partie burkinabè. Jusqu’à ce jour, des dons chinois de plus de 1,07 million de masques, 10 000 combinaisons de protection, 114 respirateurs, 52 générateurs d’oxygène, 1 200 thermos flashs, 21 000 boîtes de réactifs de détection et un nombre incalculable de gants, de couvertures-chaussures, de lunettes de protection, de visières et d’autres équipements de protection sont déjà arrivés au Burkina Faso. La Chine possède une grande expérience dans la recherche et le développement de médicaments et de vaccins, dans la prévention et le contrôle à long terme de l’épidémie et dans le rétablissement du développement économique et social. Nous sommes prêts à renforcer la communication et la collaboration avec la partie burkinabè dans les domaines concernés afin de jouer un rôle encore plus actif pour rapprocher le jour de la victoire finale dans cette bataille sans fumée.

Deuxième proposition : rejeter les préjugés et défendre le multilatéralisme. Le virus ne connaît ni de frontières, ni de races. C’est l’ennemi commun de l’humanité et sauver plus de vies doit être la préoccupation la plus urgente en ce moment. Malheureusement, certains pays ont opté pour des politiques basées sur l’égoïsme et se sont obstinés à provoquer des contradictions au point de compromettre la solidarité internationale dans la lutte contre l’épidémie. La Chine défend toujours fermement le multilatéralisme et l’ordre mondial fondé sur le droit international. Elle soutient fermement le rôle important joué par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la coordination des luttes contre les épidémies. Malgré toutes les difficultés qu’elle a vécues, la Chine s’est évertuée à apporter son assistance à la communauté internationale pour sauver plus de vies. Elle a fait des dons d’urgence de 50 millions de USD à l’OMS ; envoyé 34 équipes d’experts médicaux à 32 pays ; porté assistance à plus de 150 pays et 4 organisations internationales par l’envoie de 283 lots de matériels. Du 15 mars au 6 septembre, la Chine a exporté 151,5 milliards de masques, 1,4 milliard de combinaisons de protection, 230 millions de lunettes de protection, 209 000 respirateurs, 470 millions de kits de test et 80,14 millions de thermomètres infrarouges, appuyant ainsi fortement la prévention et le contrôle de l’épidémie dans le monde.  L’objectif est simple et clair : sauver autant de vies que possibles et bâtir ensemble une communauté humanitaire de santé publique.

Troisième proposition : regarder en avant et saisir les opportunités. Rechercher le développement en cette période s’avère difficile mais possible. Cela requiert de la détermination, de l’innovation et une vision portée vers l’avenir. En Chine, l’épidémie a transformé le mode de vie et a donné un nouvel élan à l’innovation technologique et industrielle. Des secteurs tels que l’économie numérique et la télémédecine ont ainsi connu une forte croissance et ont accéléré l’utilisation généralisée de concepts et de technologies tels que la 5G et l’intelligence artificielle, ce qui a entrainé par la même occasion l’émergence d’une nouvelle vague d’entreprises et d’investissements.

Le président Xi Jinping a souligné à plusieurs reprises que la porte ouverte par la Chine au monde ne sera jamais fermée, mais s’ouvrira davantage plus grande. Au cours des 14 dernières années, la Chine est restée le plus grand contributeur de la croissance économique mondiale, ce qui fait d’elle le plus important moteur de promotion de l’économie du monde. Dans le contexte actuel marqué par la pandémie de la Covid-19 et les défis à relever dans le processus de la mondialisation, le redémarrage du « moteur chinois » va certainement injecter de la confiance et un nouvel élan au rétablissement de l’économie mondiale.

La pandémie ne peut pas empêcher les peuples chinois et burkinabè de poursuivre leur développement. Beaucoup de projets de coopération dans les domaines de l’infrastructure, de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, etc. ont été réalisés et nous envisageons de nous engager davantage dans les domaines catalyseurs de développement pour le Burkina Faso. Il est essentiel que nous travaillions ensemble et avançons ensemble, d’autant plus que nos visions sont communes et nos chemins de développement entrecroisés.

Le Burkina Faso dispose d’une main-d’œuvre qualifiée abondante, de vastes terres arables ainsi que de grandes opportunités de développement. L’assiduité, la solidarité et la résilience du peuple burkinabé lui ont permis de toujours vaincre d’adversité. J’ai remarqué, surtout au cours des deux dernières années, que les burkinabè de toutes les couches sociales, les jeunes en particulier, nourrissent en eux l’espoir du développement et travaillent sans relâche pour l’amélioration des conditions économiques et sociales. Le potentiel de la coopération sino-burkinabè réside dans la transformation de tous ces éléments en une dynamique durable de croissance. La perspective de la coopération sino-burkinabè consiste à concrétiser les espoirs de cette génération. Nous saluons et encourageons le Burkina Faso à prendre le Trains à Grande Vitesse du développement de la Chine pour accélérer son propre développement. Je suis convaincu que dans cette coopération, nous réussirons à insuffler plus de confiance au monde pendant et après la pandémie.

Je suis pleinement confiant quant à la victoire de toute l’humanité sur ce virus et aux perspectives des relations bilatérales. Mais nous avons encore besoin de mener des échanges sous toutes les formes, sur toutes les plateformes et par tous les canaux pour rattraper les 24 années perdues. Nous renforcerons sans cesse la confiance mutuelle entre les deux pays ainsi que les connaissances réciproques entre les deux peuples, au bénéfice concret de chaque chinois et de chaque burkinabè.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et mariageChers invités,

J’attends avec impatience vos excellents discours. Tout à l’heure, mes collègues de l’Ambassade vont faire des communications au cours des trois panels et je vous invite à poser vos questions et contribuer de cette manière aux réflexions de notre conférence d’aujourd’hui. Par ailleurs, vos suggestions et recommandations pour le développement des relations sino-burkinabè sont toujours les bienvenues, que ce soit par courrier physique ou par message sur la page Facebook de l’Ambassade.

Pour conclure, je souhaite à l’avance, beaucoup de résultats concrets et constructifs aux discussions, et plein succès à cette conférence.

Merci beaucoup.

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *