.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Violences à HongKong : »les États-Unis sont le comploteur qui reste en coulisse  » M. Zhang Weiwei


M.Zhang Weiwei : la « #révolution de couleur » à #HongKong est vouée à l’échec
Plus de deux mois se sont écoulés depuis l’apparition des rassemblements illégaux et des violences de rue à Hong Kong. On est de plus en plus conscient de la nature de la « révolution de couleur » accompagnée de violences et du fait évident que les États-Unis sont le comploteur qui reste en coulisse .
« La ‘révolution de couleur’ a un certain modèle, mais elle est vouée à l’échec à Hong Kong », a indiqué Zhang Weiwei, doyen de l’Institut des recherches de la Chine au sein de l’Université Fudan, lors d’une récente interview.
Les forces occidentales qui ont poussé la soi-disant « révolution de couleur » ont délibérément réorienté la colère des jeunes contre le gouvernement de la Région administrative spécial de Hong Kong. Cependant, une fois que ce mouvement aurait pris de l’ampleur, il entraînera des dommages à l’économie hongkongaise. Selon les reportages, le taux d’occupation des hôtels à Hong Kong a diminué de 50% et les pertes causées aux chauffeurs de taxi auraient dépassé 50%. Ces impacts sont même plus pesants que la crise financière de 2008 et auraient de longues répercussions. Et c’est pourquoi ce mouvement ne pourra pas durer.
L’intervention directe des États-Unis constitue l’une des raisons majeures du chaos hongkongais. Dans le contexte de la guerre commerciale sino-américaine, Trump estimait au début qu’il gagnerait immédiatement. Mais c’est assez stupide. Et comme ce qu’on voit, il a très mal joué. Chaque contre-attaque de la Chine est efficace et le marché boursier américain a désespérément chuté. Un responsable américain a affirmé que les manifestations à Hong Kong sont bénéfiques pour les États-Unis. Évidemment, il considère les affaires de Hong Kong comme une autre carte dans les négociations commerciales sino-américaines, pour faire pression sur la Chine.
À travers deux faits de base, on peut voir les tactiques que les Occidentaux ont soigneusement mises au point. Premièrement, le nombre des personnes travaillant au sein des consulats américains et britanniques basés à Hong Kong dépasse celui de leurs ambassades à Beijing. « La bande des quatre méchants », dont Chan Fang On-chanté et Lai Chee-Ying, sont toujours en contact avec les consulats des États-Unis et du Royaume-Uni. Deuxièmement, on peut trouver des caractéristiques évidentes d’une « révolution de couleur » à travers l’organisation du mouvement, y compris le slogan, l’habillement et les gestes. Ces personnes ont été formées d’une manière professionnelle. Donc, il ne fait aucun doute qu’ils ont adopté un même modèle, mais ils ne pourront pas réussir.

Source:CGTN Français

Le Titre est de la rédaction de tinganews.com

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *