.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Syndicalisme: Les femmes de quatre centrales syndicales se mettent en réseau


Les comités femmes de quatre centrales syndicales burkinabé ont constitué un réseau pour mieux promouvoir la participation syndicale des femmes. Un atelier de lancement et de validation des textes fondamentaux  de ce réseau a eu lieu  le 7 juillet 2017 à la Bourse du Travail. La cérémonie d’ouverture à connu la présence de Paul Kaboré, représentant de la Confédération syndicale internationale, de  Yamba Georges Koanda, président des mois de l’Union d’action syndicale et de la coordonnatrice nationale de la marche mondiale des femmes.

 

Les femmes  syndicalistes réunies en comité au sein de quatre centrales syndicales que sont la confédération nationale des travailleurs du Burkina (CNTB), la confédération syndicale burkinabé (CSB), l’Organisation nationale des syndicats libres (ONSL) et l’Union syndicale des travailleurs du Burkina (USTB) ont  convenu de la mise en place d’un réseau. Cette initiative s’inscrit dans la dynamique de réseautage des comités de femmes engagée par la Confédération syndicale  internationale, section Afrique (CSI-Afrique)  depuis la Conférence mondiale des femmes tenue à Dakar. Celle-ci avait instruit les comités des organisations affiliées d’un même pays à s’organiser en réseau. A en croire la représentante du Réseau des comités de femmes des organisations syndicales du Burkina, madame Sétou Sanou/ Ouattara, la naissance de la nouvelle structure des femmes vise entre autres à encourager  la participation des femmes dans la prise de décision,  promouvoir la syndicalisation des femmes et à amener les femmes à s’ouvrir aux autres organisations de la société civile qui partagent les même causes. «Le réseau qui va être mis en place est une partie intégrante des organisations syndicales dans notre pays et nous vous demandons de  nous soutenir  et de nous interpeller sur nos missions pour la bonne marche de notre structure », a- t-elle suggéré aux responsables syndicaux.

Le représentant de la Confédération syndicale internationale au Burkina par ailleurs, secrétaire général de l’Organisation des syndicats libres du Burkina(ONSL), Paul Kaboré a indiqué que le réseau qui est entrain de se mettre en place au Burkina existe depuis longtemps à l’international. «Ces femmes ont l’appui de la CSI-Afrique pour mener à bien leurs activités et aujourd’hui nous allons élaborer un plan pour les femmes  afin  qu’elles s’organisent mieux dans leurs activités» a-t-il ajouté.

Selon le président du mois de l’UAS, monsieur Yamba Georges Koanda,  le réseau va  permettre aux femmes de s’imprégner de la politique genre et de communiquer avec les autres femmes sur le plan national  et international.

«Les femmes représentent plus de 52% de la population burkinabè) et même si 1/3 adhère aux organisations syndicales, je suis sûr que cela va permettre de trouver de meilleures conditions de vie et de travail pour nos populations», a- t-il soutenu.

 

Jérôme KABORE

Express du Faso

jeromekabore@gmail.com

 

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *