.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Rentrée scolaire du lycée scientifique national de Bobo- Dioulasso : 70 élèves boursiers, bagages en main prêts pour le départ


L’image contient peut-être : arbre et plein airDans le cadre de la nouvelle politique de développement des sciences à travers l’enseignement des mathématiques, le gouvernement burkinabè, avec l’appui de ses partenaires, s’est engagé à orienter l’éducation nationale vers les sciences. A la veille de la rentrée scolaire, les soixante-dix (70) admis à l’entrée en seconde du Lycée scientifique national de Bobo-Dioulasso (LSNB), bagages en main sont prêts pour le départ sur Bobo-Dioulasso ce lundi 30 septembre 2019 à l’immeuble de l’Education.
L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes assises et intérieurIls sont 70 meilleurs élèves sélectionnés au plan national, qui doivent intégrer le lycée scientifique national de Bobo-Dioulasso cette année. L’Etat pour accompagner ‘’ les fleurons de la nation’’ afin qu’ils puissent donner le meilleur d’eux-mêmes, assurera leur hébergement, leur restauration, leurs soins et leur déplacement, le tout couronné d’ une bourse scolaire.
Pour le Conseiller principal d’éducation du Lycée Scientifique national de Bobo-Dioulasso, Ganamé Aboubakary, venu pour la circonstance, « c’est un dépaysement pour certains, mais nous pensons que c’est un passage obligé parce qu’à un moment donné, il faut quitter les parents pour aller apprendre sous d’autres cieux ». Et d’affirmer que « pour que nous puissions avoir des intellectuels bien accomplis, il ne faut pas les enfermer dans un carcan, il faut qu’ils aillent se frotter à des réalités ailleurs ce qui va forger leur caractère, leur personnalité et c’est cela qui leur permettra d’être des hommes forts de demain qui vont construire la nation ».
Mme Rachelle Nanéma, a sa fille admise au lycée scientifique de Bobo-Dioulasso, très contente de l’initiative du gouvernement pour accompagner les élèves qui sortent de la mêlée, pense que cette vision va contribuer à renforcer le système éducatif et à donner encore beaucoup de courage aux parents et aux élèves de pouvoir améliorer leur niveau d’éducation.
Et à Ambroise Zoungrana, père de la jeune fille Aniela Nomwendé Tania, de renchérir que cela permet de galvaniser les meilleurs au BEPC et de combler le déficit de scientifiques au Burkina Faso. Avant de prendre place dans le car, son père lui a d’abord prodiguer des conseils : « tu quittes le nid familial pour l’internat, tu vas rencontrer d’autres personnes, ce que je te demande, c’est de respecter les professeurs, le règlement intérieur et de donner le meilleur de toi-même. J’ai confiance en toi ».
Aniela, consciente de ce qui l’attend, promet de maintenir la flamme de l’excellence allumée et de montrer à ses parents ce dont elle est capable pour toujours engranger des résultats probants. DCPM/MENAPLN

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *