.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Le Programme présimètre reçoit un financement de 1,2 milliards FCFA


Le mardi 4 juillet 2017  monsieur Stavros Lambrinidis, représentant spécial de l’Union européenne pour les droits humains a animé une conférence de presse au Centre national de presse Norbert Zongo de Ouagadougou.

La présence de Stavros Lambrinidis, représentant spécial de l’Union européenne pour les droits humains, au Burkina Faso vise à examiner avec les acteurs politiques et de la société civile, les expériences et les défis depuis la Transition jusqu’à ce jour, le dialogue avec la société civile en matière de défense des droits humains et de consolidation de la démocratie.

Lambrinidis, a tenu à saluer les actions novatrices de la société civile burkinabé et surtout son initiative dénommée Le Présimètre». En rappel le présimètre est un outil inventé par l’ONG Diakonia et qui vise le renforcement du contrôle citoyen des politiques publiques. Il bénéficie ainsi des appuis conjugués de l’UE, des ambassades de Suède, du Danemark et de la France ainsi que de la coopération suisse.

A Ouagadougou, M. Lambrinidis, qui a été témoin d’une signature une convention de financement pour le «Présimètre» pour un montant de 1,9 millions EUR (1,2 milliards FCFA), entre l’UE et Diakonia.

Ces échanges confirment ainsi la reconnaissance et la valorisation du rôle majeur des Organisations de la société civile (OSC) dans la consolidation de la gouvernance démocratique au Burkina Faso. «Le Burkina Faso est un exemple remarquable de dialogue démocratique. C’est un exemple qui peut et qui doit inspirer les pays homologues même s’ils n’ont pas forcément les mêmes histoires et les mêmes contextes. Il y a beaucoup de pays qui ne respectent pas, mais certains essayent de se perfectionner et c’est en cela que je salue les efforts du Burkina Faso qui a entamé ce processus de dialogue ouvert»,», a fait remarquer M. Lambrinidis.

Se prononçant sur le présimètre, Jean Lamy, chef de délégation de l’UE, soutient que «ce programme  innovant de veille citoyenne associant à la fois, de façon intelligente et constructive, autorités burkinabè et plus d’une trentaine d’organisations de la société civile est à saluer et à soutenir.» avant d’ajouter que cet outil, connecté aux médias et réseaux sociaux, va permettre un suivi citoyen des politiques publiques de manière permanente, en synergie avec les instances institutionnelles chargée de suivre, contrôler ou accompagner les autorités, dans la conduite des politiques publiques pour que celles-ci atteignent les résultats attendus au niveau de la population», espère Jean Lamy.

Jérôme KABORE

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *