.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

LI Jian, Ambassadeur  de la République populaire de Chine au Burkina: » la coopération entre la Chine et le Burkina Faso donne des perspectives brillantes »


Le jeudi 22 novembre 2018 monsieur LI Jian, Ambassadeur  de la République populaire de Chine au Burkina a organisé une réception à l’hôtel Laico à Ouagadougou,  à l’occasion du 40ème anniversaire de Réforme et d’ouverture de la Chine. C’était en présence de plusieurs membres du gouvernement Thiéba.
Nous vous proposons de lire l’intégralité du discours qu’il a livré à ce jour commératif
S.E.M. Simon Compaoré, le Ministre d’État,
Mesdames, Messieurs les Ministres,
Honorables Députés,
Mesdames, Messieurs le Doyen, les Ambassadeurs, les Consuls Honoraires et les Représentant des Organisations Internationales,
Mesdames et Messieurs les Journalistes des Médias Burkinabè et Internationaux,
Mesdames, Messieurs, Chers Amis, Chers Collègues,
C’est un grand plaisir et un grand honneur pour moi de vous rencontrer ce soir, en tant que premier ambassadeur de la République populaire de Chine au Burkina Faso depuis la reprise des relations. J’ai présenté mes lettres de créances au Président du Faso, S.E.M. Roch Marc Christian Kaboré vendredi dernier. Mais j’ai déjà l’impression d’être rentré chez un vieil ami que j’ai connu il y a longtemps. J’ai l’impression d’être retourné ici pour les retrouvailles que nous avons tant attendues depuis 24 ans.
La chose qui ne s’est jamais éteinte au cours de cette longue nuit, c’est l’amitié. Ceux qui sont allés regarder un match au Stade 4 Août s’en souviennent. Ceux qui ont été émerveillés par des expositions dans la Maison du Peuple s’en souviennent. Ceux qui ont été soignés à l’Hôpital d’amitié de Koudougou s’en souviennent. Tous ceux qui sont présents aujourd’hui dans cette salle vont s’en souvenir.
L’amitié n’est jamais un mot creux. Elle se renforce avec des actions concrètes et devient ainsi porteuse d’espoir. Comme tout autre objet précieux, notre amitié a ses propres messagers.
M. LIANG Xiaoping est le chef de la mission d’experts agricoles chinoise. En quelques mois, les membres de cette équipe ont semé leurs pas sur les champs de 11 régions burkinabè pour étudier les conditions de cultures agricoles. Ils ont formé plus de 300 cultivateurs à travers le pays. Leur but est unique et simple : aider les Burkinabè à multiplier le rendement de la terre et à surmonter l’insécurité alimentaire.
Il en va de même pour M. HE Yuexun qui travaille beaucoup avec la jeunesse. Son équipe de formation professionnelle a jusqu’ici bénéficié plus 830 élèves burkinabè.
M. WANG Yong, chef de la mission médicale chinoise et son équipe de 8 docteurs-médecins sont arrivés à Ouagadougou depuis juillet. En peu de temps, ils ont soigné plus de 700 hommes et femmes burkinabè à l’hôpital de Tengadogo et à l’hôpital d’amitié de Koudougou. Appuyées par eux, plus de 60 opérations ont été réalisées avec succès.
Je vous rappelle que ces trois équipes sont toutes présentes ici ce soir. Chers collègues, chers amis, je vous remercie pour votre travail, votre abnégation et votre dévouement. Les tâches que vous avez accomplies contribuent à redynamiser cette amitié qui date de longtemps. Je propose à toutes et à tous de les applaudir.
Quand je suis venu au Burkina Faso pour la première fois, il y avait un Monsieur Louis BAZIMO qui est venu me voir. Lui était un ancien boursier burkinabè en Chine dans les années 90 à l’Université de Médecine Chinoise Traditionnelle à Shanghai. 20 ans passés comme hier et il est maintenant devenu le chef de service acupuncture à l’hôpital Yalgado Ouédraogo et a été élu maire de de la commune de Réo. Il m’a dit que toute sa vie a été profondément marquée par cette expérience en Chine. À ses paroles j’ai été très ému et je me suis dit que l’amitié entre nos deux peuples n’a jamais connu de rupture. Cette année, une soixantaine d’étudiants burkinabè ont obtenu la bourse d’étude chinoise et se sont installés dans les meilleures universités chinoises. Comme M. BAZIMO, les savoirs qu’ils auront obtenus là-bas vont non seulement apporter les opportunités professionnelles individuelles et vont aussi contribuer au développement des secteurs importants dont le Burkina Faso a plus besoin pour réaliser son Plan National de Développement Économique et Social. Coopérer avec la Chine est devenu un consensus qui transcende tous les points de vue partisans, parce que ce sont les peuples qui en tirent profit de cette coopération.
Mesdames et messieurs, chers amis, chers collègues,
La République populaire de Chine a fêté le 69ème anniversaire de son établissement le 1er octobre dernier. Elle a reçu des félicitations de la part des amis burkinabè et de toutes les nations du monde. Au nom du gouvernement chinois, je voudrais profiter de cette occasion pour vous remercier. L’année 2018 marque aussi le 40ème anniversaire de la politique chinoise de réforme et d’ouverture. Sans trop exagérer, c’est cette politique qui fait de la Chine ce qu’elle est aujourd’hui. Dirigée et conduite par le parti communiste chinois, la politique de réforme et d’ouverture vise à stimuler les capacités de production, à moderniser le pays et à enrichir le peuple. En 40 ans, la Chine s’est développée d’un pays agricole en pays industrialisé. Elle a sorti 700 millions de Chinois de la pauvreté, soit 10% de la population mondiale. Ce changement n’est pas automatique. Il n’a jamais été facile. Derrière ces 40 ans de réussite, c’est toutes les nations du peuple chinois qui travaillent avec l’unité, l’engagement et le dévouement. Maintenant, la Chine demeure un vaste chantier où les dirigeants et le peuple mènent un combat sans relâche pour réaliser le rêve chinois du grand renouveau de la nation.
Les Chinois ne sont pas les seuls à bénéficier du succès de la politique de réforme et d’ouverture. M. Loïse TAMALGO est entré dans la société Huawei en 2006 comme employé de bureau burkinabè. Après 12 ans de travail acharné, il est devenu un représentant de Huawei qui couvre toute la région d’Afrique de l’Ouest. Son parcours de succès est favorisé par la politique « sortir » qui constitue un aspect important de la politique chinoise de réforme et d’ouverture.
La Chine entend partager ses expériences de développement avec tous les pays sur la planète pour rétablir la confiance en économie mondiale. Elle a proposé notamment l’initiative de la Ceinture et la Route qui englobe des centaines de pays et d’organisations avec 60% de la population globale. Le sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine de cette année a été l’événement le plus marquant pour les relations sino-africaines. Les 54 dirigeants africains, y compris le Président du Faso, sont venus à Beijing pour discuter de la construction d’une communauté de destin sino-africaine encore plus étroite.
Le Président chinois, M. XI Jinping a dit que la porte de la Chine ne se ferme jamais et l’ouverture chinoise ne fait que s’agrandir. La Chine va tenir sa promesse. Au début de ce mois, elle a pris l’initiative d’organiser l’Exposition Internationale d’Importation de la Chine à Shanghai. Les entreprises venues de plus de 172 pays ont participé à cette exposition avec un chiffre d’affaire intentionnel estimé à 57.38 milliards de dollars. Les Burkinabè ont exposé du beurre de karité, de la noix de cajou, du sésame, etc. Par le groupe Vélégda, les produits burkinabè ont été très appréciés au marché chinois. C’est une occasion pour montrer au monde que le développement de la Chine est ouvert et inclusif. Dans cet esprit gagnant-gagnant, la coopération entre la Chine et le Burkina Faso donne sûrement des perspectives brillantes. Depuis le rétablissement des relations, le volume des produits importés de Burkina Faso en Chine a été triplé jusqu’à 71 millions de dollars de janvier à septembre. Les visites officielles de part et d’autre se sont multipliées. Plus de 100 personnes ont été invitées en Chine pour suivre des séminaires ou des formations. Les échanges amicaux se sont intensifiés. Nous pouvons dire que le cadre de coopération sino-burkinabé dans de divers domaines est plus que jamais consolidé. Chaque projet réalisé constitue un pas en avant.
Avec l’arrivée des investissements des sociétés chinoises, beaucoup d’opportunités vont été créées ici au Burkina Faso. Je suis sûr les histoires de M. BAZIMO et de M. TAMALGO ne sont pas des histoires particulières. Ce sont les préludes qui augurent beaucoup plus d’épisodes décrivant les histoires des gens ordinaires. Nous sommes là pour montrer qu’avec cette coopération renforcée entre nos deux pays, ils peuvent faire des choses extraordinaires.
Mesdames et messieurs,
Sous le leadership et l’engagement de S.E.M. XI Jinping, Président de la République populaire de Chine et S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, un nouveau chapitre vient d’être ouvert pour les relations entre nos deux pays. En tant que nouvel Ambassadeur de mon pays au Burkina Faso, je prends l’engagement à créer les bases solides d’une coopération fructueuse et féconde dans tous les domaines pour le bien de nos deux peuples. Moi et mon équipe, nous donnons toute notre volonté, nos énergies et notre conviction pour que ces liens d’amitié et de solidarité soient transmis de génération en génération.
À la fin, vis-à-vis des attaques terroristes perpétrées contre ce beau pays ami, je voudrais exprimer toutes mes condoléances aux victimes et à leur famille. Tous mes respects vont aux soldats qui ont sacrifié leur vie pour sauvegarder la sûreté de la nation. Les vrais amis ne font que s’unir davantage en face d’épreuves. Je vous affirme avec certitude que le peuple chinois partage cette solidarité et sera toujours à côté du peuple burkinabè ami pour défendre la cause de la paix.
Merci beaucoup.
Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *