.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Les systèmes éducatifs face aux crises et aux urgences (COVID) : une conférence virtuelle pour partager les bonnes pratiques


L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises et téléphoneLe ministre en charge de l’Education nationale représenté par le directeur de cabinet, monsieur Adama BOLOGO a participé ce jeudi 14 mai 2020 à la conférence extraordinaire virtuelle des ministres de l’Education des Etats membres de l’Organisation du Monde Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ICESCO). L’objectif était de partager les bonnes expériences dans le but d’assurer la continuité du processus éducatif et les préparatifs relatifs au retour à l’école.
Les différents Etats membres de l’organisation du Monde Islamique pour l’Education, les Sciences et la culture (ICESCO) s’organisent pour la réouverture sereine des classes. Une conférence extraordinaire virtuelle a été le cadre choisi pour le partage d’expériences réussies.
Selon le représentant du ministre de l’éducation Adama BOLOGO, le Burkina Faso fait face à une crise sécuritaire depuis 2016 à laquelle s’est ajoutée la crise sanitaire du COVID 19 au mois de mars. Ce qui a engendré la fermeture des classes. Cette situation a amené le gouvernement à travers le ministère de l’éducation à élaborer un plan de riposte pour la continuité éducative dans le contexte du COVID 19. Cependant, on ne peut aller à la réouverture des classes sur la mise en place de cet enseignement à distance si nous n’avons pas informé, sensibilisé, communiqué avec toutes les parties prenantes. Et cela demande une bonne coordination, un bon suivi et une bonne évaluation d’abord du dispositif d’enseignement à distance. A expliqué le directeur de cabinet Adama BOLOGO.
A l’entendre, l’enseignement à distance ne peut pas remplacer l’enseignement en classe, c’est pour cela qu’il faut aller à la réouverture des écoles. Ce qui entraine la prise en compte d’un certain nombre de mesures notamment préventives, administratives et pédagogiques pour réussir la reprise des classes. « Nous avons mis tous ces axes en branles pour réussir la mise en place de ce plan de riposte ». A-t-il affirmé.
Selon lui, tous les pays présents à cette conférence virtuelle sont dans la même lancée, dans cette même dynamique. « Quand on regarde les présentations des autres pays, ce sont deux éléments essentiels, l’enseignement à distance et la réouverture des classes. Maintenant à l’intérieur de chaque élément, il y a un partage d’expérience aussi parce qu’ en termes d’enseignement à distance, les pays n’ont pas les mêmes réalités ».
Le Burkina Faso a opté d’utiliser tous les canaux. Cependant, la réalité est que tout le monde n’a pas accès à la connexion internet, à la radio, ni à la télé. Alors d’autres canaux sont utilisés pour mieux atteindre les enfants notamment des annales.
Afin de sauver l’année scolaire en respectant les mesures sanitaires, au Burkina, le gouvernement est en train de voir la bonne formule à utiliser, mais aussi comment rendre notre système éducatif plus performant. De ce fait, nous avons décidé de vivre avec la pandémie, parce que nous connaissons les impacts de l’absence de scolarisation. Il y’a urgence de voir comment achever l’année scolaire validée pour passer à une autre année scolaire.
DCPM/MENAPLN

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *