.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Kombori (Kossi) : Dogon et peulh s’engagent pour la cohésion sociale


La crise intercommunautaire au Mali a eu des répercussions dans les villages frontaliers du Burkina Faso, entre Dogons et Peulhs notamment à Kombori, Barani, Djibasso et Madouba. C’est pour anticiper et ressouder les liens entre communautés que le préfet et le maire de Kombori ont tenu une rencontre d’information et de sensibilisation sur la cohésion sociale à la mairie dimanche 29 septembre 2019. Dès l’entame des échanges, le préfet de Kombori, Noufou Rouamba a expliqué à l’auditoire que cette rencontre a pour but de sensibiliser les différentes communautés à la culture de la paix et au raffermissement des liens de fraternité pour un développement harmonieux dans la localité. Précisant à cet effet que l’honnêteté, la loyauté, la confiance, l’acceptation de l’autre, l’humilité, le respect de la vie humaine constituent le socle de la paix et du développement et de ce fait, chaque communauté doit s’inscrire dans cette logique. Et au maire Moussa Djibo de relever que la sensibilisation va surtout favoriser le vivre ensemble. Et d’ajouter qu’ «elle va toucher tous les foyers et va contribuer à exorciser les démons de la haine, de la division et de la vengeance». C’est pourquoi dans ses propos, le préfet a exhorté toutes les communautés à développer «l’esprit de solidarité et d’entraide entre elles». Il a terminé en signifiant à l’assemblée que le Burkina Faso compte plus d’une soixantaine d’ethnies et pour se développer, le pays a besoin de chacune d’elle. «Toutes ces ethnies ont les mêmes droits, il n’y a pas une ethnie qui prime sur l’autre. Je ne comprends pas pourquoi, nous nous haïssons autant de sorte à compromettre la cohabitation pacifique». «Il faut un nouveau départ pour que nous puissions ressembler à nos devanciers qui vivaient harmonieusement», a-t-il souhaité. Prenant la parole tour à tour, les deux communautés (dogon et peulh) ont pris l’engagement de se tourner résolument vers la recherche de la paix et la quiétude en leur sein. Pour eux, chaque initiative vient à point nommer restaurer la cohabitation pacifique. L’initiative sera étendue dans tous les villages de la commune en vue d’accueillir les avis et traiter les questions communautaires.

Madi KEBRE

 Correspondant de l’Express du Faso à Nouna

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *