.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Education: Stanislas Ouaro prend les rênes de la SSA/P


« La SSA/P, une alternative éducative efficace pour la prise en charge des enfants hors école », tel a été le thème de la sixième session du Conseil d’Orientation du Secrétariat Permanent sous régional de la Stratégie de scolarisation accélérée ou passerelle (SSA/P)  ouverte ce mardi 10 avril 2018 à l’Hôtel Royal Beach de Ouagadougou, au Burkina Faso. A l’occasion, le ministre burkinabé  de l’Education, le Pr Stanislas Ouaro a pris les rênes du Conseil d’orientation du secrétariat permanent sous régional de la Stratégie de scolarisation accélérée/passerelle (SSA/P) succèdant ainsi à son homologue malien Housseini Amion Guindo.

On retient que la naissance de la Stratégie de scolarisation accélérée ou passerelle (SSA/P) est inspirée du diagnostic établi sur les systèmes éducatifs par les assises de Dakar en 2000 qui avait révélé la nécessité de l’ élargissement de la base de la pyramide éducative à tous, enfants, jeunes, adultes, hommes et femmes sans exclusive.Pour ce faire, des réflexions et des actions ont été menées par les Etats et les partenaires au développement afin de trouver les voies et les moyens pour satisfaire à cette exigence. C’est dans cette dynamique que la Fondation Stromme Afrique de l’Ouest a initié en 2004 au Mali la Stratégie de Scolarisation Accélérée ou Passerelle qui vise à contribuer à l’accroissement de l’offre éducative  en vue de favoriser  l’atteinte des objectifs de l’EPT et des OMD. Elle sera implantée plus tard au Burkina en 2006 et au Niger en 2007. La SSA/P qui utilise les langues nationales  comme medium d’enseignement  est une formule éducative rapide de 9 mois, permettant aux enfants de 8 à 12 ans, non scolarisés ou déscolarisés de la 1ère ou 2ème année / CP1 ou CP2), d’intégrer ou de réintégrer le système scolaire en quatrième année ou à défaut, dans les classes de niveau inférieur du 1er cycle de l’école fondamentale. A l’issue de leur formation, les apprenants sont transférés dans les écoles classiques en fonction de leur niveau notamment en 4ème année (CE2) dans le principe ou dans les classes des années inférieures (CE1). L’image contient peut-être : 2 personnes

Appréciant cette stratégie de scolarisation, le professeur Stanislas Ouaro trouve qu’elle donne plus d’opportunités aux enfants vulnérables des pays concernés de vivre un regard croisé avec leurs camarades des systèmes éducatifs encore sélectifs. Aux dires du ministre  Stanislas Ouaro, le Burkina Faso compte environ 2 600 000 enfants et adolescents hors de l’école selon un recensement fait en 2014 d’où son intérêt pour la SSA/P. C’est pourquoi, il a pris l’engagement en sa qualité de nouveau président du conseil d’orientation, de poursuivre des chantiers tels que la consolidation et l’adoption du programme d’enseignement et la constitution d’archives électroniques et physiques en veillant au  bon fonctionnement des Secrétariats Permanents au niveau de chaque Etat, l’accroissement et la diversification des centres pour que plus d’enfants puissent être réinsérés dans le système classique.

Pour teminer le ministre Ouaro s’est adressé à ses homologues malien et nigérien en ces termes:« Je puis vous assurer que mon pays, le Burkina Faso, accordera une attention particulière aux conclusions des présentes assises au regard du nombre assez important d’enfants hors écoles ».
L’image contient peut-être : 26 personnes, personnes souriantes, chaussures

Gnakéba SINARE, Stagiaire

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *