.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Covid-19 : exiger des « excuses » de la part de la Chine, un rêve irréalisable


Au cours d’une conférence de presse récemment organisée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus a exprimé sa profonde indignation face à la stigmatisation des efforts déployés dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19 dans le monde. Tout récemment, un animateur de Fox TV aux Etats-Unis a affirmé d’un ton arrogant que « le nouveau coronavirus était originaire de Chine » et a demandé aux Chinois de s’excuser officiellement.
Assurément, cet animateur a tout simplement la mémoire courte. Faut-il lui rappeler que l’épidémie de grippe H1N1 qui s’est propagée, en 2009, dans 214 pays et régions, tuant près de de 300.000 personnes à travers le monde, était partie de son pays, les Etats-Unis? Ce journaliste, qui semble vivre dans une autre planète, avait-il vu ou entendu quelqu’un demander aux Etats-Unis de s’excuser pour ça? Et en plus, aucune preuve pour l’heure ne précise l’origine de l’épidémie de COVID-19. La Chine, comme d’autres pays touchés par l’épidémie, est victime de ce virus. Les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus strictes et les plus approfondies prises par la Chine ont non seulement protégé la vie et la santé de ses habitants dans la plus large mesure, mais ont également maintenu efficacement la sécurité sanitaire mondiale.
L’épidémie se propage à l’échelle mondiale. A 18 h 00 du 4 mars, plus de 13 000 cas confirmés avaient été signalés à l’extérieur de la Chine, répartis dans 76 pays. Certains de ces pays ont connu successivement des cas d’origine inconnue. Par exemple, les deux cas infectés en Californie aux Etats-Unis n’ont aucun lien avec un quelconque voyage dans la zone la plus touchée ou avec une personne contacte testée positive au COVID-19. En Iran, les deux premiers patients infectés n’avaient pas voyagé en Chine. Un Japonais a été testé positif après avoir voyagé à Hawaï. Ironie du sort, Hawaï est la capitale de Honolulu, l’une des îles sous juridiction des Etats-Unis. Cependant, on note que ce voyageur japonais n’avait jamais mis pied en la Chine depuis tout ce temps où l’épidémie s’est déclenchée.
L’image contient peut-être : 1 personne, deboutM. Zhong Nanshan, expert en maladies respiratoires, très respecté en Chine, a récemment souligné que même si le virus a fait ses premières apparitions en Chine, cela ne veut pas forcément dire qu’il est d’origine chinoise. Un détail très important que n’avait pas cet animateur de FOX TV. De toute évidence, il n’y a aucune base scientifique qui puisse à ce net moment attribuer l’origine de ce virus à la Chine. Des commentaires de certains médias qualifiant le coronavirus de « virus chinois », constituent un acte extrêmement absurde et d’un rare degré d’irresponsabilité.
A tout prendre, des « excuses chinoises » qu’exigent ce média américain sont une demande déraisonnable et absurde. C’est une requête fantaisiste d’ores et déjà vouée à l’échec. La Chine ne se soumettra jamais à cette exigence.
En tant que nouvelle maladie à laquelle la société humaine est confrontée, le nouveau coronavirus est complexe et inconnu. L’identification du virus, le mécanisme de transmission et le développement de vaccins nécessitent les efforts conjoints des scientifiques du monde entier.
A l’heure actuelle, le nouveau coronavirus est un ennemi commun des êtres humains. En cette ère de mondialisation à destin commun, la solidarité et la coopération sont des armes les plus puissantes avec lesquelles le monde doit se battre contre l’épidémie. Les êtres humains doivent vaincre l’ignorance par la science et résister aux préjugés par la coopération. CMG

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *