.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

CEP 2019: Monsieur le Ministre, l’épreuve de problème manque de logique


Le niveau de certaines épreuves du certificat d’études primaires qui vient de se tenir du 11 au 13 juin 2019, serait élevé et ne serait à la portée de nos élèves, entend-on de part et d’autres. A ce propos, nous avons reçu les observations critiques d’un parent d’élève très averti de questions éducatives, notamment sur l’épreuve de problème. Lisez plutôt.

Nous avons lu et entendu des profanes critiquer sévèrement le niveau très élevé de certaines épreuves du CEP de cette année 2019. Sans vouloir leur donner raison, nous faisons quelques observations notamment sur l’épreuve du problème en tant que professionnel de l’éducation. Lorsqu’on analyse effectivement cette épreuve en se référant aux principes d’élaboration des items, plusieurs insuffisances sont relevées et cela constitue un gros préjudice pour nos jeunes candidats ;

  1. L’item du calcul doit être univoque c’est-à-dire qui ne donne pas lieu à plusieurs réponses possibles.

Or c’est loin d’être le cas ici. En effet, lorsque vous dites de calculer l’aire du terrain alors que les dimensions données sont celles d’un plan, s’agit-il de l’aire sur le plan ou celle réelle ? Quel sort sera réservé au candidat qui aurait calculé l’aire sur le plan puisque je suppose que la réponse attendue est certainement l’aire réelle ? J’attends de voir la clé de correction pour mieux apprécier.

  1. Le second principe dans l’élaboration des items en problème nous impose d’aller du simple au complexe, du facile au difficile.

On constate que la première question fait partie des questions les plus difficiles ou complexes du problème dans le mesure où elle comporte deux (2) inconnus (si c’est l’aire réelle qui est attendue): il s’agit de la base réelle et de la hauteur réelle qui ne sont pas des données du problème mais il revient au candidat de les calculer. Pourquoi ne pas poser simplement la question : calcule les dimensions réelles et l’aire réelle.

  1. Un autre principe non moins important dans les énoncés des problèmes, c’est d’éviter au maximum les liens de dépendance étroite entre les différentes questions.

Ce prince a été totalement violé. En effet, le candidat qui échouera à la 1ère question ne peut plus répondre juste aux trois (3) autres.

  1. Autres insuffisances : l’absence de la cohérence des idées, de la réalité ou de la vraisemblance de l’énoncé par rapport au vécu de l’enfant.

On parle d’un certain Sidi qui a un terrain qu’il vend et d’autre part de la réfection de son magasin sans qu’on ne perçoive leur lien.

On aurait pu dire : Sidi, le commerçant du village veut réfectionner son magasin et acheter des céréales. Pour cela il décide de vendre son terrain.  En d’autres termes on situe le contexte car c’est très important pour les enfants.

Bonne chance à nos candidats.

 

 

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *