.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Burkina: remaniement ministériel, le président Kaboré n’a plus le choix


Résultat de recherche d'images pour "joseph dabiré"S’il pouvait hésiter à procéder à un remaniement, avec les dernières actualités nationales, le président Roch Marc Christian Kaboré n’a plus le choix. L’onde de choc ne peut que venir d’un remaniement ministériel qui, même s’il ne devait pas être un chamboulement, devait permettre aux Burkinabè d’être en phase avec leurs gouvernants. L’attaque de Koutougou et son nombre de militaires tués, de blessés et de dégâts matériels a fini par convaincre plus d’un Burkinabè que même si la responsabilité de cette attaque n’est pas entière au gouvernement, le ministre de la Défense et des Anciens combattants devait s’expliquer. Certainement que les députés l’interpelleront à l’ouverture de leur prochaine session. Les jeunes éléments militaires qui ont naturellement eu un «ressenti» après la mort de leurs camarades ont donné le ton non seulement en manifestant par des tirs en l’air, mais également en produisant une déclaration dans laquelle ils n’ont pas été tendres. En clair, ils ont soulevé des questions importantes et dit haut certaines choses que les Burkinabè disaient bas. Quant à cette situation on ajoute celle du charbon fin, on peut dire que le président Roch a tous les éléments en main pour revoir la copie de l’équipe de Christophe Dabiré. Dans le camp du parti au pouvoir et dans la majorité présidentielle, les voix s’élèvent de plus en plus pour demander la recomposition de l’équipe gouvernementale. Autrement dit, le parti (tout comme la majorité des Burkinabè) ne se retrouve pas dans les actions de l’équipe gouvernementale dont certains membres ont fini de démontrer ceux dont ils étaient capables. Roch doit donner le ton, le vrai qui contribuera à rassurer les Burkinabè. En outre, à l’orée des prochaines consultations électorales, même si elles ne sont pas le plus important par rapport à la situation nationale, Roch a besoin d’un appareil politique électoral pour se faire réélire ou du moins faire bonne future. À l’analyse, le contexte est malheureusement propice pour refaire l’équipe gouvernementale et donner espoir aux Burkinabè. Car, c’est de cela qu’il s’agit. En effet, l’équipe gouvernementale ou du moins le pouvoir élu en novembre 2015 n’a pas compris que le Burkina Faso était toujours dans la période de transition issue de l’insurrection populaire. Si bien que les Burkinabè et leurs gouvernants n’ont pas été sur les mêmes longueurs d’ondes dès le début jusqu’à présent. Les jeunes militaires n’ont pas voulu aller au-delà de ce qu’ils ont fait pour se faire entendre. Mais, la prochaine fois (touchons du bois) ils ne donneront pas l’occasion à quelqu’un de venir les convaincre. Car, ils auront déjà fait leur idée de la situation. C’est à un tournant très important que le Burkina se trouve. Roch en a certainement suffisamment conscience. À lui de prendre ses responsabilités en sa qualité de président élu par ceux-ci. Puisque, en vérité, le bilan c’est lui qui le fera. Pour l’histoire.

Dabaoué Audrianne KANI

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *