.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Burkina Faso: l’Eglise appelle à la protection contre les attaques terroristes


Un évêque du Burkina Faso a appelé le monde entier à mettre fin au massacre des chrétiens par des groupes islamistes soutenus par l’étranger qui sont « mieux armés et mieux équipés » que les forces gouvernementales.

« Si le monde continue à ne rien faire, le résultat sera l’élimination de la présence chrétienne », a déclaré Mgr Laurent Dabire, évêque de Dori, président de la Conférence épiscopale du Burkina Faso et du Niger.

« Ils se sont lentement installés à l’intérieur de notre pays, attaquant l’armée, les structures civiles et le peuple « , a-t-il dit au sujet des forces non gouvernementales. « Aujourd’hui, leur cible principale semble être les chrétiens. Je crois qu’ils essaient de déclencher un conflit interreligieux. »

L’appel a été publié le 1er août par l’Aide à l’Église en Détresse alors que des organisations non gouvernementales du pays ont lancé un programme pour aider 250 000 personnes déplacées par les attaques dans tout le pays enclavé de l’Afrique occidentale.

L’évêque a dit que 20 chrétiens avaient été tués dans des attaques non provoquées depuis janvier. Lors du dernier incident, le 27 juin à Beni, les villageois ont été forcés de se coucher face contre terre par des attaquants armés, qui ont trouvé quatre personnes portant des crucifix et les ont tuées « parce qu’ils étaient chrétiens ».

« Après les avoir assassinés, les islamistes ont averti les autres villageois qu’ils seraient eux aussi tués s’ils ne se convertissaient pas à l’Islam « , a dit Mgr Dabire.

« L’insécurité ne cesse de croître et nous a contraints à réduire nos activités pastorales. Il est maintenant trop dangereux d’aller dans certaines régions, et j’ai été forcé de fermer deux paroisses « , dit-il.

L’Église catholique représente un cinquième des 16,5 millions d’habitants du Burkina Faso, dont le gouvernement a signé un accord avec le Vatican le 12 juillet garantissant le statut juridique de l’Église et s’engageant à « collaborer pour le bien-être moral, spirituel et matériel de la personne humaine et pour la promotion du bien commun ».

Les lieux de culte chrétiens, en particulier dans le nord du pays, principalement habité par des musulmans, sont la cible de groupes djihadistes depuis l’éviction du président Blaise Compaoré en octobre 2014.

S’exprimant le 31 juillet à Ouagadougou, le président Marc Christian Kabore a félicité les chefs d’Etats voisins pour leur contribution à la lutte contre le terrorisme, mais il a déclaré que le Burkina Faso  » rendait un lourd hommage  » aux attaques qui entravaient les  » efforts de construction nationale « .

Dans son interview à l’AED, Mgr Dabire a déclaré que les forces, pour la plupart étrangères, avaient recruté des jeunes locaux « sans argent, sans travail et sans perspectives », ainsi que des « éléments radicalisés » qui considéraient les mouvements djihadistes « comme l’expression de leur foi islamique ».

Il a ajouté qu’il se sentait personnellement blessé par l’inaction de la communauté internationale « pour défendre les communautés chrétiennes » lorsque les islamistes recevaient un soutien extérieur.

« Les armes qu’ils utilisent n’ont pas été fabriquées ici en Afrique, a dit l’évêque. « Ils ont des fusils, des mitrailleuses et tant de munitions, plus que l’armée burkinabé, et quand ils arrivent dans les villages, ils tirent pendant des heures. »

Source: Netafrique.net avec Thebostonpilot.com

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *