.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Burkina Faso: l’Assemblée nationale avalise le budget rectificatif de l’Etat


Les députés ont voté à la majorité, le projet de loi rectificative du budget de l’Etat exercice 2020, le jeudi 9 juillet 2020 à Ouagadougou.

Le gouvernement a le champ libre pour opérer le réajustement budgétaire, dont il a besoin pour répondre aux exigences du moment. En effet, les députés, réunis en plénière, le jeudi 9 juillet 2020 à Ouagadougou, ont donné leur quitus au projet de loi portant loi de finance rectificative pour l’exécution de budget de l’Etat exercice 2020. Les dépenses budgétaires s’élèvent à plus de 2500 milliards F CFA avec un déficit de plus 285 milliards F CFA. A cette occasion, la session, qui a réuni 98 votants à l’hémicycle, a permis d’adopter individuellement les 27 articles, avant le projet dans son ensemble. Le vote à main levée a donné 88 voix pour, et 10 abstentions, provenant de l’opposition.

La raison de l’adoption du projet de loi relatif au budget rectificatif de l’Etat est due, selon le rapport de synthèse de la Commission des finances et du budget (COMFID), à l’apparition de nouveaux défis, notamment la pandémie du coronavirus. A cela se greffent les questions de lutte contre le terrorisme et le grand banditisme. Des contraintes qui, de l’avis du parlement, obligent l’exécutif à revoir son budget primitif afin de surmonter les difficultés et de consolider les recettes de l’Etat en vue d’être en phase avec les objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES). Un avis largement partagé par les différentes commissions parlementaires qui, se sont prononcées sur le projet de loi. Mieux, les élus sont convaincus que la majoration du budget va permettre au gouvernement de faire face aux mesures sociales, nées de la COVID-19, de financer les élections, et de renforcer le dispositif sécuritaire dans les zones à risque pour répondre aux attentes des déplacés internes.

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, qui a défendu le projet devant la Représentation nationale, a apporté des éclaircissements aux députés. Il a surtout expliqué le bien-fondé du projet. Selon lui la pandémie de la COVID-19 a bouleversé l’ordre budgétaire préétabli depuis le début de l’année. Aussi, le mal a mis à nu la vétusté des installations et du système sanitaire national, obligeant le gouvernement à faire recours à un réajustement pour venir à bout de ses prévisions de départ.Source;Texte/Sidwaya

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *