.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

IUTS sur les primes et indemnités au Burkina: les syndicats annoncent des mouvements de grande envergure


Résultat de recherche d'images pour "Application de l'IUTS sur les primes et indemnités des fonctionnaires au Burkina"

SAIB – SATEB – SYNAVS – FESEB – SNESS – SPESS – STAGE – SYNATRENF – SYNETI – SNEP –SYNADES – SYNATRAS – SNEA-B – SYSFMAB – SYMEB

Camarades militantes et militants
Sympathisantes et sympathisants !
Le Gouvernement burkinabè lors du conseil des ministres du 19 février 2020 a pris sur lui la responsabilité de perturber le climat social qui peinait déjà à recouvrer une certaine sérénité. En effet, contrairement à sa volonté affichée et proclamée de solliciter une trêve sociale, le gouvernement a unilatéralement opté de saborder son propre vœu en allant à une application de l’IUTS sur les primes et indemnités servis aux travailleurs de la fonction publique. Toute chose que nous avons désapprouvé dans une déclaration en date du 30 décembre 2019. Une telle levée d’impôt sur le maigre revenu que nous percevons ne vise, ni plus ni moins, qu’à clochardiser davantage les agents publics qui ploient déjà sous le poids de la vie chère.
Le gouvernement burkinabè a fait fi de tous les signaux d’alerte, émanant notamment du monde syndical contre l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du public.L’image contient peut-être : texte qui dit ’Focus sur L'IUTS est actuellement régi par les articles 105 à 119 de la loi 058-2017/AN du 20 décembre 2017 portant Code général des impôts du Burkina Faso’Se réclamant d’une certaine légalité, cet impôt a été prélevé par le gouvernement sans état d’âme ; pourtant tout ce qui est légal ne porte pas toujours le manteau de la légitimité.
Quid de la remise à plat du système de rémunération des agents de la fonction publique qui pourtant avait semé beaucoup d’espoir dans les rangs des travailleurs ? Comment est-on passé de ce projet d’équité et de justice sociale, rangé dans les oubliettes, à l’application de l’IUTS sur nos primes et indemnités ! C’est simplement dire que ce gouvernement ne désire vraiment pas la paix sociale.
Dans son manque de vision en termes d’accalmie sociale, le gouvernement a décidé de semer le germe des troubles sociaux et de l’arroser, et cela dans une année pleine d’enjeux.Il a décidé de défier les travailleurs du public sans peser les conséquences néfastes qui peuvent découler d’un éventuel bras de fer contre tous ceux qui sont touchés par la mesure. Quel est l’objectif visé ? Seul le gouvernement peut répondre à cette question.
Toujours est-il que ce défi lancé aux travailleurs ne restera pas sans réponse. Les jours à venir risquent de ne pas être de tout repos, tant pour les travailleurs, que pour le gouvernement qui délibérément, a choisi de nous asphyxier financièrement à travers un ensemble de pratiques injustifiables et injustifiées : prélèvement automatique et illégal de la taxe de résidence, ré immatriculation des véhicules, renouvellement des permis de conduire à l’entière charge de l’usager, taxes sur les véhicules et maintenant l’IUTS sur les primes et indemnités des agents publics dans un contexte de vie chère.

Aucun travailleur ne peut accepter que son salaire soit amputé dans ces conditions, c’est une question de principe.
Camarades militantes et militants !
Sympathisantes et sympathisants !
Le vin est tiré, nous allons le boire ensemble, gouvernement et travailleurs, chacun à sa manière. Les stratèges militaires nous enseignent que c’est la configuration du terrain qui commande la manœuvre ; voilà le terrain tracé par le gouvernement sur le plan financier pour les travailleurs ; à nous de savoir adopter la manœuvre qui sied.
Ainsi, afin de faire face à cette forfaiture du gouvernement, les syndicats signataires de la présente, dans un élan d’action unitaire, se donneront les moyens de ramener le gouvernement à reconsidérer cette manière inique de paupériser davantage le fonctionnaire burkinabè.

Pour l’instant, nous sommes en train d’affûter les stratégies de lutte.Restez donc mobilisés et à l’écoute de vos structures afin qu’ensemble nous puissions de manière ferme et forte, incessamment, mener des actions pour l’annulation pure et simple de la mesure et le remboursement des sommes indûment prélevées.
Tous mobilisés et unis dans l’action, dans la discipline, la victoire est certaine.

Ont signé :
Pour le SAIB Pour le SATEB Pour le SYNAVS

OUEDRAOGO Pascal ZONGO Bernard DIPAMA Charles

Pour le FESEB Pour le SNESS Pour le SPESS

SOME Séraphin ZONGO Anatole SOMA Maké

Pour le STAGE Pour le SYNATRENF Pour le SYNETI

BONKOUNGOU Jean-Baptiste SIA Z. Patrice KAFANDO Claver

Pour le SNEP Pour le SYNADES Pour le SYNATRAS

ZANGRE Pierre OUEDRAOGO Abel SAWADOGO Alexandre

Pour le SYNAPEP Pour le SNEA-B Pour le SYSFMAB

OUEDRAOGO Baowendsom TRAORE Siaka KABRE Honorine

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *