.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Agression d’enseignants à Bobo: déclaration du SYNAPEP-B


Le mardi 22 janvier 2019, deux enseignants de l’école primaire publique Farakan ‘’A’’ dans la Circonscription d’Education de Base de Bobo-Dioulasso I ont été agressés dont un est grièvement blessé. Cela s’est passé dans l’enceinte de l’école. Le Syndicat national des personnels des enseignements préscolaire, primaire et post-primaire du Burkina, en abrégé SYNAPEP-B souhaite beaucoup de courage à nos deux collègues et un très prompt rétablissement au blessé et  marque sa solidarité entière à l’ensemble des enseignants de la province du Houet.

Rien ne saurait justifier cette agression barbare sur les enseignants de l’école Farakan ‘’A’’. Le Syndicat National des personnels des enseignements préscolaire, primaire et post-primaire du Burkina, en abrégé SYNAPEP-B condamne fermement cet acte  de parents d’élèves sur des éducateurs. Nous rappelons qu’au terme du décret N°2016_926/PRES/PM/MATDSI/MJDHP/MINEFID/MENA portant protection du domaine scolaire, le domaine scolaire est inviolable. Aucun individu autre que les apprenants, les enseignants et les personnels qui travaillent dans les structures éducatives ne peut y accéder à quelque moment que ce soit sans autorisation du premier responsable de la structure éducative, à des desseins autres que des renseignements en rapport  avec la vie scolaire. C’est pourquoi, nous interpellons les autorités administratives et judiciaires de notre pays en général et celles  de la région des Hauts Bassins en particulier, à donner une suite conséquente à la plainte déposée afin que les parents fautifs soient châtiés à la hauteur de leur forfait conformément à la législation en vigueur et que leur cas serve de pédagogie pour bien d’autres. En attendant, tout en rassurant les différentes sections syndicales de la province du Houet de son soutien multiforme, le bureau national du SYNAPEP-B invite les enseignants du préscolaire, du primaire et du post-primaire de tout bord syndical, en somme tous les acteurs éducatifs à exiger par toutes les voies légales possibles que justice soit rendue à nos deux collègues. Cet acte ne devrait pas rester impuni. Tous unis, il ne le sera pas.

Pour le bureau exécutif national                                                                                                                                                       Le Secrétaire Général

Jérôme KABORE

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *