.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Reportage: au Burkina, un premier lâcher de 6 400 moustiques génétiquement modifiés


Il fallait voir ça de ses propres yeux. Lundi soir, lorsque une dizaine de scientifiques est arrivée dans le village, les habitants de Bana étaient déjà attroupés pour regarder les petites cages s’ouvrir et, en une fraction de seconde, une nuée d’insectes volants fluorescents disparaître dans le ciel.

Ce 1er juillet, pour la première fois sur le continent africain, environ 6 400 moustiques génétiquement modifiés ont été lâchés dans cette localité du sud-ouest du Burkina Faso. « C’était formidable, cela faisait près de sept ans qu’on attendait ça », glisse ravi le docteur Abdoulaye Diabaté. L’entomologiste médical supervise Target Malaria depuis son laboratoire de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS) de Bobo-Dioulasso, à quelques kilomètres de Bana, Pala et Sourkoudiguin, les trois villages d’expérimentation depuis 2012.

Le but est d’introduire jusqu’à 10 000 moustiques génétiquement modifiés pour réduire la population d’Anophles gambiæ, l’une des principales espèces responsables de la transmission du paludisme sur le continent africain. Au Burkina Faso, la maladie reste la première cause de mortalité et de consultation. En 2017, plus de 7 millions d’infections et 27 000 décès y ont été recensés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). A elle seule, l’Afrique comptabilise près de 90 % des cas mondiaux.

Forçage génétique

Ce premier lâcher d’anophèles transgéniques constitue la phase de test du programme Target Malaria, porté par un consortium de plus de 150 chercheurs africains et occidentaux et financé par la fondation Bill et Melinda Gates (partenaire du Monde Afrique) à hauteur de 60 millions d’euros. Cette première étape a reçu l’aval, en août 2018, de l’Agence nationale de biosécurité du Burkina Faso (ANB).

Ces moustiques modifiés ont été imprégnés d’une poudre fluorescente pour qu’on puisse les identifier, les chercheurs procédant à une recapture quotidienne pendant dix jours, puis mensuelle, afin de comparer leur comportement à celui des insectes sauvages.

« Ces moustiques mâles génétiquement modifiés sont stériles. Lorsqu’ils se reproduiront avec des femelles sauvages [vecteurs de transmission du parasite responsable du paludisme], leurs œufs n’arriveront pas à maturité, ils n’auront donc pas de descendance et disparaîtront rapidement », explique Delphine Thizy, chercheuse à l’Imperial College de Londres, où la technologie a été finalisée en 2009, avant l’importation d’une première souche en 2016 au Burkina Faso.

Le lâcher du 1er juillet ne devrait donc pas avoir d’impact sur la population des moustiques locaux, mais permettra à l’équipe burkinabée de « récolter des informations sur le taux de survie et le comportement des mutants dans le village », précise Dr Abdoulaye Diabaté, qui espère passer rapidement à la deuxième phase : l’introduction de « mâles biaisés autolimitatifs ».

Cette fois, les moustiques seront fertiles mais ne produiront quasiment que des progénitures mâles grâce à une modification génétique, qui devrait peu à peu se « diluer » au fil des générations. L’objectif est d’arriver progressivement à la troisième et dernière étape, la plus controversée, celle du forçage génétique, ou gene driveen anglais. L’idée, encore jamais expérimentée en milieu ouvert, est de forcer les lois de l’hérédité pour que le gène modifié masculin se transmette de génération en génération et réduise ainsi la population d’anophèles, en l’absence de femelles. « On estime qu’il faudra une vingtaine de descendances, soit un peu moins de deux ans, avant qu’il y ait un impact significatif », indique Delphine Thizy.

« Cobayes humains »

Au Burkina Faso, où l’on a déjà connu l’échec de l’expérience du coton génétiquement modifié BT de Monsanto, le projet Target Malaria inquiète et irrite. « On prend les Burkinabés pour des cobayes humains, ces moustiques mutants pourraient transmettre d’autres maladies et développer des résistances, et puis la réduction drastique de cette espèce, qui est un maillon de la chaîne animale, créera un vide écologique, il y a trop de risques et les dégâts seront irréversibles ! », alerte Ali Tapsoba, le porte-parole du Collectif citoyen pour l’agroécologie, qui avait déjà organisé une manifestation en juin 2018, où plus d’un millier d’opposants anti-OGM avaient défilé dans les rues de la capitale.

Le militant dénonce aussi « l’opacité » et les « méthodes douteuses »du projet. « Ils ont fermé le processus de dialogue il y a un an, on refuse de nous rencontrer depuis, nous n’avons plus aucune réponse à nos questions », précise Ali Tapsoba, qui assure avoir été menacé l’année dernière par des villageois, alors qu’il était accompagné d’une équipe de journalistes, à Bana.

Sur le terrain, la tension monte entre les pros et anti-Target Malaria. « On nous martèle que c’est pour lutter contre le paludisme, mais on ne nous explique pas tous les risques ou s’il y a un plan B en cas de dérapage, les habitants ne sont pas bien informés et ne maîtrisent pas tous les enjeux », critique un opposant à Bobo-Dioulasso, qui s’est rendu à plusieurs reprises dans les villages pour discuter du projet.

Les équipes de Target Malaria assurent pourtant avoir travaillé en toute « transparence » ces dernières années avec les villageois, parfois analphabètes ou ne comprenant pas le français, en menant des ateliers de sensibilisation en langue dioula et en leur faisant signer un « formulaire de consentement éclairé ». Discrètement, certains ne peuvent s’empêcher malgré tout de douter. « Ils nous disent que ça va éradiquer le paludisme, alors on les croit comme nous ne sommes pas scientifiques, mais on se pose encore des questions sur les risques à l’avenir », lâche un cultivateur de Sourkoudiguin.

Absence de débats contradictoires

Autre problème, le projet est devenu une source de revenus pour certains jeunes des villages qui travaillent comme « captureurs » pour les chercheurs. « On attrape les moustiques qui se sont posés sur nous avec des tubes de 20 heures à 6 heures du matin, on est payé 4 000 francs CFA (6 euros) la nuit, il nous arrive d’être piqués, mais on est soigné si on a le palu », affirme un jeune de 17 ans, qui explique travailler une dizaine de jours par mois pour payer ses études.

Au sein du milieu scientifique, certains regrettent l’absence de débats contradictoires. « Est-ce qu’on pourra vraiment maîtriser le forçage génétique de ces moustiques dans le temps et dans l’espace ? Il y a beaucoup d’incertitudes autour de ce projet. Il faudrait au moins un débat national et sous-régional sur la question, souligne Christophe Boëte, chargé de recherche à l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (ISEM). On peut aussi sérieusement s’interroger sur la prétendue efficacité à venir d’une telle méthode alors qu’elle ne concerne qu’une seule espèce vectrice à ce jour », pointe le chercheur.

L’ANB burkinabée devra encore donner son feu vert pour le lâcher de ses prochains moustiques transgéniques et chaque étape du processus. « On ne pense pas déposer notre demande pour le gene drive avant 2024 », nous indique-t-on au sein du consortium. De son côté, le Collectif citoyen pour l’agroécologie tente de déposer un recours auprès du tribunal administratif. « Nous envisageons toutes les actions citoyennes possibles pour mettre fin à ce projet », soutient Ali Tapsoba, qui craint que ce premier lâcher n’ouvre la voie à d’autres expérimentations du même genre au Burkina Faso, où des tests sur le haricot niébé BT – projet del’African Agricultural Technology Foundation, qui compte la fondation Gates parmi ses bailleurs – sont en cours.

Source: netafrique.net

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *