.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Trading au Burkina: les avoirs gelés pour soupçons de blanchiment et financement du terrorisme (Justice)


Dans un communiqué publié vendredi, le Procureur du Faso, Harouna Yoda, a expliqué que la justice s’était saisie du dossier du gel des avoirs des comptes des sociétés de trading ”pour confirmer ou infirmer les soupçons de faits d’escroquerie, de complicité d’escroquerie, de soustraction à l’impôt, de blanchiment de capitaux”. Le procureur ne précise pas qui a ordonné les saisies mais explique que le juge d’instruction en charge du dossier s’affaire « laborieusement » à mener les investigations appropriées pour la manifestation de la vérité.

“Le 07 mai 2019, le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés (CREMPF) de l’UEMOA avait interpellé certaines sociétés de droit burkinabè qui exerçaient des activités de trading sur la légalité desdites activités” écrit M. Yoda dans ce communiqué dont Omega a eu copie. Le Procureur affirme que les “faits avaient conduit à des mesures de saisies conservatoires des comptes des sociétés de trading ouverts dans les livres de certaines banques de la place”. On ne sait pas qui de la justice, des banques ou du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés (CREMPF) de l’UEMOA a ordonné la saisie des comptes dont la valeur s’élèverait à plusieurs milliards de Francs CFA selon des personnes ayant connaissance du dossier.

Le procureur a également réagi à la sortie médiatique des investisseurs et des sociétés de trading qui disent être victimes d’un «hold up » économique suite au gel de leurs avoirs.

Pour le parquet il n’est pas exact de qualifier d’ « inique » cette saisie conservatoire des avoirs des investisseurs et des sociétés de trading. « De telles saisies concernent habituellement les avoirs détenus dans les banques, les assurances, les Systèmes Financiers Décentralisés alors que tous ceux-ci exercent légalement et sont supervisées doublement par les autorités nationales et régionales ».

Concernant les accusations de manipulation de la justice par des acteurs politiques et ou économiques dans cette affaire, le procureur met au défi d’apporter les faits « concrets » qui étayent les déclarations. « Les investisseurs de même que les sociétés de trading peuvent davantage se rendre utiles à la justice en apportant les faits concrets qui étayent ces déclarations en vue d’une prise en charge judiciaire appropriée ».

Le procureur Yoda poursuit que “relativement à la saisie conservatoire des comptes, qualifiée d’inique par les investisseurs et les sociétés de trading, le parquet relève que le gel est lié aux soupçons de blanchiment de capitaux et de financement de terrorisme et des infractions sous-jacentes d’escroquerie, de soustraction à l’impôt…consubstantielle à l’activité des sociétés de trading.” Source: Radio Oméga

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *