.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Marche-meeting du 29 septembre 2018 de l’opposition politique Burkinabè : « une diversion », selon un collectif d’OSC


Le Collectif des organisations de la société civile pour la justice et la défense de la patrie (COSCJDP) a animé une conférence de presse, le mercredi 19 septembre 2018, à Ouagadougou. Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, les membres de la faitière ont donné leur lecture de la situation nationale.

Le Collectif des organisations de la société civile pour la justice et la défense de la patrie (COSCJDP) souhaite une union sacrée des Burkinabè pour vaincre le terrorisme. Il a exprimé ce vœu au cours d’une conférence de presse, tenue le mercredi 19 septembre 2018, à Ouagadougou. Pour le porte-parole du COSCJDP, Oumarou Dicko alias Dick Marcus, depuis l’avènement au pourvoir du président Roch Marc Christian Kaboré, le Burkina Faso ne cesse d’être la cible d’attaques armées. « Ces agressions dont fait l’objet notre pays nous interpellent en tant qu’organisation de veille citoyenne. Elles nous forcent à adopter une posture de défense de la patrie contre ces forces obscurantistes au regard des pertes en vies humaines, des dégâts matériels et des conséquences sur le plan économique », a indiqué Dick Marcus. La marche de l’opposition prévue, le 29 septembre 2018, s’est invitée à cette rencontre avec la presse. Selon M. Dicko, le collectif n’est pas contre la marche, mais « le pays est attaqué partout, il était plus opportun que les Burkinabè s’unissent car l’aspect sécuritaire prime sur tout ». Le coordonnateur du mouvement Tous unis pour un Burkina apaisé (TOUBA), Richard Silga, est plus précis : « nous n’irons pas à la marche de l’opposition parce qu’elle vise à faire de la diversion. Or, nous savons qu’à chaque fois qu’il y a une diversion, il y a eu une attaque. Nous demandons à tous les Burkinabè d’être les yeux, les oreilles de nos Forces de défense et de sécurité », a-t-il recommandé. Le COSCJDP a rendu un hommage aux Forces de défense et de sécurité pour leur courage, leur abnégation et leur détermination pour venir à bout des ennemis invisibles de la nation. Les sujets comme le jugement du dossier de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014,  les dossiers Safiatou Lopez et Auguste Denise Barry et la grève des chauffeurs routiers ont été aussi évoqués avec les journalistes. En outre, les dossiers Thomas Sankara, Norbert Zongo et  du juge  Salifou Nébié ont également retenu l’attention des conférenciers. Dans un autre registre, le Collectif a invité le gouvernement à sanctionner les entreprises coupables de mauvaise exécution de marchés publics. Sidwaya

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *