.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Koudougou  Robert Kaboré, SG du SYNAFEB:  »il y a deux types de grèves qui se mènent au Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation »


Le mardi 8 janvier 2018, le Syndicat National des Fonctionnaires de l’Éducation du Burkina (SY.NA.FEB) était face aux hommes de média, une conférence de presse dont l’objectif selon les responsables était de clarifier les différents types de grèves qui se mènent au MENA, d’apprécier la mise en place du Haut Conseil du dialogue Social et d’appeler le corps enseignant à une reprise du travail en attendant le 26 janvier 2018 pour un Sit-in.Résultat de recherche d'images pour "Koudougou Robert Kaboré, SG du SYNAFEB: ''il y a deux types de grèves qui se mènent au Ministère de l'Education Nationale et de l'Alphabétisation''"

D’entrée de jeu, Koudougou  Robert Kaboré, le secrétaire dudit syndicat a fait remarquer qu’il y a deux types de grèves qui se mènent au Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation à savoir la grève du Syndicat National des Fonctionnaires de l’Education du Burkina( SYNAFEB) qui revendique une meilleure application  de la loi 081 et celle des quinze(15) syndicats  se réclamant d’une supposée coordination

Revenant sur le point central de la revendication de son syndicat, le SG, Kaboré Robert explique :« voilà maintenant deux(02) ans que la loi 013 a été remplacée par la loi 081 qui ne reconnaît plus les agents contractuels permanents dans la fonction publique (cf article 1 de la loi 081).Pourtant les dispositions transitoires de ladite loi prévoient la procédure de leur fonctionnarisation afin qu’ils aient un arrêté d’intégration et un arrêté de titularisation comme les fonctionnaires sans diminuer leurs avantages de carrière. C’est la première des étapes de la régularisation de leurs dernières situations administratives avant le reversement. Le reversement n’a rien de commun avec le changement de statut dont la loi 081 indique la procédure conformément aux dispositions de la loi 013.Le reversement doit être entendu dans le cas présent des contractuels comme la baisse de salaires à travers un changement de grille salariale. A cela s’ajoute la non réparation des torts subis par les fonctionnaires depuis l’adoption de la loi 013 qui indique en son article 27 que tous les agents de la fonction publique doivent avoir la même rémunération (salaire + indemnités). ». A en croire monsieur Kaboré, les revendications du SYNAFEB vise à préserver les droits consacrés par la loi 081 aux fonctionnaires et aux contractuels en ses dispositions transitoires pour leurs carrières.

‘’le Gouvernement veut nous les confisquer avec la complicité de certains responsables syndicaux qui ont inventé une lutte orientée vers des augmentations de salaires et de statut particulier qui, pour nous est une illusion et une manière de saper nos revendications ‘’, a réncheri monsieur Kaboré Koudougou Robert.

On note également que le syndicat national des fonctionnaires de l’éducation du Burkina est opposé à la création d’un comité pour la restructuration de la grille salariale d’ici fin 2017. Pour le syndicat, il y a un préalable qui est la régularisation des dernières situations administratives des agents comme le prévoit la loi 081 en ses dispositions transitoires (article 199). Il trouve également que les droits des enseignants conformément à la loi est une priorité avant toute activité du Haut Conseil du Dialogue Social. « Nous jugeons la composition du haut conseil du dialogue social peu crédible surtout au niveau de la représentation des organisations syndicales. Nous partons à ce dialogue social déjà perdant. Nous soupçonnons un deal politique du fait de l’absence de représentant des contractuels dans cette structure et d’homme de droit pour mieux défendre nos intérêts.’’ A dit le SG, Kaboré Koudougou Robert. Par rapports aux mouvements en cours, le SG du SYNAFEB met en garde : « nous n’acceptons pas que de représentants de syndicats dissouts depuis 2016 par la loi 064-2015/CNT du 20octobre 2015 portant liberté d’association en son article 66  ainsi que de structures sans reconnaissance légale( Coordination de 15 syndicats de l’éducation) nous représentent et non moins de responsables syndicaux corrompus »

Ulrich LEONEL

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )


Kabore/123*++@


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *