.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français: « c’est la Chine qui porte la croissance du monde. Ralentir la Chine, c’est ralentir le monde  » vidéo


Cette vidéo nous a été fournie par  CCTV Video News Agency  dans le cadre d’un partenariat conclu entre cette agence et tinganews.com

« La Chine est devenue le moteur économique du monde. C’est la Chine qui porte la croissance du monde. Ralentir la Chine, c’est ralentir le monde »

L’ancien Premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin, a exhorté vendredi les États-Unis à résoudre leur différend commercial avec la Chine conformément aux règles internationales plutôt que de prendre des mesures unilatérales.

Malgré l’escalade des tensions commerciales entre Beijing et Washington, la Chine reste une force motrice de la croissance dans le monde, a-t-il estimé, mettant en garde contre l’unilatéralisme américain susceptible de saper le dynamisme de l’économie mondiale.

« La Chine est devenue le moteur économique du monde. C’est la Chine qui porte la croissance du monde. Ralentir la Chine, c’est ralentir le monde. Tout ceci relève de dialogues qui doivent avoir lieu dans le cadre notamment de l’OMC, l’Organisation mondiale du commerce. Nous avons des règles internationales à respecter. On ne peut pas imposer sa loi par des décisions unilatérales », a indiqué M. Raffarin.

En se montrant hostiles aux pays émergents, les États-Unis tombent dans le « piège de Thucydide », une notion avancée par le chercheur américain Graham Allison pour expliquer une situation qui voit une puissance dominante entrer en guerre avec une puissance montante.

« Nous craignons ici en Europe que la position américaine ne soit pas seulement commerciale, mais soit plus systémique. C’est-à-dire que c’est un piège que nous connaissons bien », a noté l’ancien chef du gouvernement français.

Il a également affirmé que le monde connaît de profondes restructurations, l’Afrique et l’Asie jouant davantage de rôle sur la scène mondiale. La communauté internationale devrait donc tenter d’améliorer le système multilatéral grâce à la coopération et la consultation.

« Chacun défend ses intérêts, c’est naturel. Mais aussi, nous voulons défendre une vision de la coopération, car la France et la Chine ont une conviction en commun sur ce sujet. C’est que la coopération vaut mieux que les tensions », a-t-il ajouté.

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *