.
.

L'actualité en toute intégrité

.

Il devient riche, pour avoir aidé un vieil homme inconnu


Sambo est aujourd’hui une référence de réussite dans sa localité. Son commerce marche à merveille et il vit heureux avec son épouse et ses deux enfants. Son histoire est partie d’une mosquée de son village. A la sortie de la prière de 14 heures, un vieil homme étranger dans la localité, est contraint de marcher nus pieds sous le soleil. Sa chaussure venait de le lacher. En termes clairs, le vieil homme s’est retrouvé avec une chaussure «coupée». Sambo ne le connaissait pas. Il le voyait d’ailleurs pour la première fois dans la mosquée. L’âge avancé du monsieur a eu raison de Sambo. Séance tenante, il lui donne ses chaussures et marche sous le soleil pieds nus. Le vieil homme est touché par son comportement. A la fin de son séjour dans la localité, l’étranger retourne chez lui. Deux ans après, il retourne dans la même localité. Il cherche à rencontrer le bienfaiteur. Il lui propose d’abord de prendre en charge les frais de son mariage, ensuite, il lui remet une forte somme d’argent pour qu’il mène une activité commerciale. En effet, Sambo qui se faisait des soucis pour honorer la dote et les frais de son mariage, n’y croyait pas. Mais avec l’aide du vieil homme, il a pu épouser la femme de son cœur. Le mariage de Sambo est pour des résidents de la localité du jamais vu en termes de réussite. La fête fut grandiose et les festivités ont duré une semaine. Après le mariage, il lui offre une importante somme d’argent. Sambo s’engage dans la vente d’articles divers. Et son commerce est au beau fixe. Garçon humble et très gracieux, le jeune homme est aujourd’hui une référence dans sa localité. Des jeunes, de vieilles personnes de sa localité, ne jurent que par son nom. Après avoir assuré les frais du pèlerinage de son papa et de sa maman, il aurait aidé deux autres vieilles personnes de sa citéqui ont elles aussi effectué ce plier de l’islam. Son humilité et surtout son respect pour la personne âgée, lui ont valu cette richesse qui ne fait que s’accumuler au fil des ans. Comme quoi, pour donner, Dieu passe souvent par des gestes parfois insignificatifs. Mais, notre comportement peut nous amener à rater «la main tendue de Dieu». Cette histoire nous fait dire que, notre rang social et notre situation économique (riche ou pauvre), ne doivent pas nous éloigner de nos semblables. Car sans eux, nous ne sommes rien. Alors, jeune ou vieux, riche ou pauvre, restons Zain, car notre humanité est primordiale quelle que soit notre puissance ou notre faiblesse.

Souro DAO/ daosouro@yahoo.fr

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *