.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Education de base: Un nouveau programme en marche


Le Programme de Développement Stratégique de l’Education de Base (PDSEB) est le nouveau référentiel de l’ensemble des activités à mener par le Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation pour la période 2012-2021. Zoom sur ce programme adopté en Conseil des Ministres le 1er août 2012.

Le système éducatif burkinabè a amorcé une grande mutation à partir de l’année 2007 avec la poursuite des actions engagées dans le cadre du plan décennal de développement de l’éducation de base (PDDEB), l’adoption de la Loi d’Orientation de l’éducation et la mise en œuvre de la réforme du Système Educatif. En dépit des nombreuses solutions apportées par le PDDEB, on note une véritable persistance de nombreux défis à relever dans le secteur de l’éducation de base et un réel besoin de poursuite des engagement pris par l’Etat burkinabé dans le cadre de l’Education pour tous.

 

Jean-Martin Coulibaly     et   Yombo Paul Diabouga

C’est du reste ce qui a justifié la nécessité pour notre pays d’adopter un nouveau programme dénommé « Programme de Développement Stratégique de l’Education de Base (PDSEB)  pour la période 2012-2021 à la fin du PDDEB en décembre 2010. Ainsi, le PDSEB se présente comme le référentiel de toutes les actions à entreprendre dans le domaine éducatif pour les dix prochaines années. Il ambitionne de relever les nombreux défis à l’horizon 2021 aussi bien au niveau de l’accès, de la qualité que du pilotage, d’assurer la scolarisation primaire universelle à l’horizon 2021 et la transition primaire complète et post primaire universelle à l’horizon 2025 afin de faire de l’enseignement de base obligatoire de dix (10) ans une réalité pour toutes les couches sociales, avec une attention particulière pour l’équité du genre et l’inclusion, d’améliorer la qualité de l’éducation de base formelle à tous les niveaux ,d’alphabétiser et former prioritairement les jeunes de 15-24 ans arrivant sur le marché du travail afin de contribuer d’une part à porter le taux d’alphabétisation à 60% en 2015 dont 60% de femmes et 75% en 2020 dont 60% de femmes et d’autre part, accroître le niveau de qualification des jeunes ;de renforcer les capacités de  pilotage de l’éducation de base ;et d’assurer une gestion financière efficace du programme.

Une vision de développement économique et social

Selon le document du PDSEB dont nous avons pu nous procurer une copie, la vision de ce nouveau programme est de contribuer à  «  former un citoyen responsable, créatif, producteur, ayant le sens des valeurs universelles et doté de compétences nécessaires pour soutenir le développement économique et social du pays » conformément aux finalités assignées au système éducatif par la loi d’orientation de l’éducation. De manière pratique, cette vision se traduira chez les citoyens, au  plan socio-économique, par leur engagement dans l’édification d’une société démocratique et de savoirs, d’une société apprenante à tout âge et ce dans une perspective holistique et d’excellence en vue d’un Burkina émergent à l’horizon 2025, où le produit final est bien : « la consolidation du respect du Burkina Faso sur la scène internationale ». Et pour atteindre cette vision,  la mise en œuvre du PDSEB se fondera sur les principes édictés dans le cadre de la réforme du système éducatif et qui peuvent être résumés autour de cinq (05)  pôles majeurs qui sont : l’accès à une éducation de base universelle et obligatoire de dix (10) ans, conformément à l’esprit et à la lettre de la Loi d’orientation de l’éducation de 2007 qui consacre le principe d’une éducation de base obligatoire de 06-16 ans ;la gratuité de l’enseignement de base public pour contribuer à la réalisation de l’obligation scolaire; la professionnalisation de l’éducation à tous les niveaux pour accroître l’efficacité externe du système éducatif et ainsi contribuer à la formation d’une ressource humaine qualifiée pour les emplois d’aujourd’hui et de demain; la vision holistique, intégrée et multi sectorielle du système éducatif avec des possibilités de passerelles et des cycles terminaux effectifs ; la gouvernance démocratique du système éducatif basée sur les principes de la décentralisation, la déconcentration et la participation communautaire dans une dynamique partenariale pour une éducation inclusive, égalitaire, équitable et la promotion du bilinguisme et l’introduction de l’anglais pour améliorer la qualité de l’éducation de base.

Le préscolaire, le primaire, le post primaire : une seule réalité

La dimension de ce nouveau programme prend en compte la définition du périmètre de l’éducation de base telle que visée par la Loi d’orientation de l’éducation : le préscolaire, le primaire, le post primaire et l’éducation non formelle et repose sur les choix stratégiques suivants : le développement du préscolaire ; la réalisation de l’enseignement primaire universel, la suppression du goulot d’étranglement entre le primaire et le post primaire (général et technique formel et non formel) avec un taux de transition de  95% en 2021 avec une équité fille/garçon et 100% en 2025, l’accélération de l’alphabétisation avec pour ambitions, d’une part, l’élimination de l’analphabétisme à sa source à travers  la prise en charge de tous les adolescents de 09-14 ans à l’horizon 2021 et d’autre part, l’alphabétisation/formation de 15 ans et plus avec une  attention particulière pour au moins 75% des jeunes de 15-24 ans en 2021 dont 60% de femmes.

 

Marcellin ZONGO

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *