.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Drame de Yirgou : une marche de protestation à Ouagadougou et à Dori


Drame de Yirgou : Une marche-meeting pour que, « plus jamais, un Burkinabè ne soit inquiété du fait de sa spécificité culturelle, ethnique ou confessionnelle »Le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés(CISC), va organiser une marche de protestation le Samedi 12 Janvier prochain. Cette marche aura lieu dans les villes de Ouagadougou (place de la nation à partir de 08 heures), et à Dori. Cette marche vise à attirer l’attention des autorités sur le drame de Yirgou, qui a vu plusieurs décès de la communauté peule, suite à l’assassinat du chef dudit village et ses proches par les terroristes.

Le Collectif qui est né suite aux évènements du 1er Janvier 2019 et jour suivant à Yirgou et dans d’autres villages de la Région du Centre Nord ; entend donnée de la voix. Le CISC par la voix de Daouda Diallo, son porte-parole, a laissé entendre que plus de 200 personnes ont été assassinées de 2004 à 2015.

Pour le cas précis de Yirgou, les conférenciers affirment que les représailles ont été menées par des éléments du groupe d’autodéfense ‘’Koglweogo’’. Pire, toujours sur la base de leur déclaration, des peulhs qui font également partie de cette organisation ont été assassinés.

A en croire les conférenciers, les chiffres officiels de 46 morts annoncés par le gouvernement est largement en deçà des informations qui leur reviennent. Pour eux, il y a près de 100 morts.

Pour cette première sortie, le CISC, s’est fait accompagné par Maître Ambroise Farama, leur Avocat. Il entend former au tour de lui un collectif d’avocat pour cette cause. Revenant sur la visite e 05 janvier 2019, du Président du Faso sur le lieu du drame, l’homme de droit, dit ne pas comprendre dans la forme pourquoi le ministre en charge de la sécurité et celui de la défense n’ont pas fait le déplacement. Enfonçant le clou, Maître Farama, dénonce le fait que le Président du Faso n’ai pas condamné les actes et tenu un langage de fermeté afin que les coupables soient arrêtés. ‘’Cela est regrettable’’ renchéri t’il.

Pour l’heure le CISC appelle la population à sortir massivement le samedi à Ouagadougou et à Dori pour dénoncer l’impunité et la stigmatisation des communautés.

Jean Narcisse KOUDOU/NetAfrique.net

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *