.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Crise au ministère des Finances : « une tentative d’asphyxie de l’économie nationale », selon le MPP


La direction du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a animé une conférence de presse, le jeudi 11 avril 2019 à Ouagadougou. Au menu des échanges, les drames de Zoaga et d’Arbinda, la fronde sociale et la question de la réconciliation nationale.

 La situation nationale inquiète le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple  pour  le progrès (MPP). Le 11 avril 2019, il s’est exprimé sur la question, lors d’une conférence de presse. Selon le président par intérim du MPP, Simon Compaoré, le pays est toujours sous le choc des tueries que « des mains coupables engendrent » entre des communautés. « En témoignent, les évènements survenus les 31 mars  et 1er avril à  Zoaga et à Arbinda », a-t-il souligné.

Pour le MPP, des « artisans de la déstabilisation »  cherchent à semer les graines de la division dans le pays et opposer les communautés entre-elles. Une situation  qui  interpelle  tous les acteurs politiques et sociaux. « C’est pourquoi, le parti et ses alliés s’élèvent contre cette nouvelle forme de terrorisme social aussi désastreuse que la guerre asymétrique à laquelle font face les forces de défense et de sécurité. A cet effet, le gouvernement est invité à prendre des mesures pour traquer les auteurs afin de les soumettre à la justice », a soutenu le président par intérim. L’autre sujet débattu est la question de la fronde sociale.

De l’avis de Simon Compaoré, malgré la trêve sociale souhaitée par le président du Faso en cette année 2019, les organisations de travailleurs brandissent l’épouvantail des grèves. « La crise qui se déroule au ministère de l’Economie, des Finances et du Développement est une opération de sabotage, de tentative d’asphyxie de l’économie nationale par un groupe de travailleurs plus portés sur leurs intérêts personnels », a-t-il dénoncé. Et de se demander comment peut-on ainsi empêcher des citoyens d’accomplir leur devoir civique (payer les impôts) parce qu’on défend un fonds commun. « Nous sommes contre le fait de prendre le peuple en otage et qu’on assèche les caisses de l’Etat », a indiqué le responsable par intérim du MPP. Pour lui, l’arrêt de travail auquel se livrent ces travailleurs appelle à une fermeté des pouvoirs publics…


L’appel du Premier Ministre aux travailleurs du secteur public

« Ceux qui veulent détruire ce pays n’y parviendront pas », Christophe Dabiré

Le Premier ministre, Christophe Dabiré, a été interpellé sur le contraste entre son appel au civisme alors que certains agents publics refusent apparemment le travail. Voici sa réponse :

« Ceux qui veulent détruire ce pays n’y parviendront pas. La résilience du Burkinabè est extraordinaire. De par le passé, nous avons connu beaucoup de difficultés. Des gens ont pensé que le pays allait sombrer dans le néant, mais nous avons pu nous donner la main pour émerger et continuer d’avancer. Il y a quelques-uns qui, pour des raisons que nous ignorons, veulent détruire les finances du pays, mais nous leur disons qu’il faut qu’ils reviennent à la raison parce que ce sont tous les Burkinabè qui vivent les difficultés et l’insécurité au niveau national. Nous devons nous donner la main. Il n’y a pas de problème sans solution. Refuser de discuter revient à dire que nous allons vers une confrontation violente et nous ne souhaitons pas qu’il en soit ainsi. Je les invite à faire en sorte qu’avec le gouvernement, on puisse trouver la meilleure solution qui serve l’intérêt national plutôt que les intérêts individuels ».Sidwaya

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *