.
.

L'actualité en toute intégrité

.

Coopération Burkina-BADEA : des échanges en termes de milliards


Le gouvernement burkinabè et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique ont fait le point de leur coopération, le jeudi 18 janvier 2018, à Ouagadougou.

Le Burkina Faso et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), sont liés depuis plus de quatre décennies par des accords de financement de projets de développement. Ils ont fait le point de cette coopération, au cours d’une séance de travail, le jeudi 18 janvier 2018, à Ouagadougou. Avant l’entame des travaux, la  ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Rosine Coulibaly, a salué l’engagement et l’amitié de l’institution bancaire pour le développement économique du Burkina Faso. « Lors de ma visite au siège de la BADEA, vous avez placé le Burkina Faso parmi les pays prioritaires et manifesté votre engagement à l’accompagner », a-t-elle rappelé au directeur général de la BADEA, Dr Sidi Ould Tah. La ministre en charge de l’économie a, en outre, témoigné la satisfaction des autorités burkinabè à cette vision de la banque arabe. Au cours des échanges, les deux parties ont fait le point des grandes réalisations de la BADEA au Burkina Faso. En effet, l’institution bancaire a contribué aux aménagements hydroagricoles du Sourou et de Sono, à la construction des barrages de Bagré et de Ziga, à la réalisation du lycée scientifique de Ouagadougou, au projet de développement des ressources animales dans le Gourma, etc. La BADEA a aussi octroyé des crédits au fonds d’appui aux femmes, aux jeunes et à l’emploi.

D’autres grands  projets à financer

Dans le domaine des infrastructures, les réalisations ont porté sur les routes, entre autres, Bobo-Orodara-Frontière du Mali, Tindangou-Kompienga-Frontière du Togo, Fada N’Gourma-Pama-Tindangou-Frontière du Bénin, Pâ-Dano-Frontière de la Côte d’Ivoire, Ouagadougou-Léo-Frontière du Ghana et Bobo-Dioulasso-Dédougou. Les parties prenantes ont également passé en revue les projets en cours d’exécution notamment la construction du barrage de Samandéni, du Centre hospitalier régional (CHR) de Ziniaré, du nouvel aéroport international « Ouagadougou-Donsin », etc.
En termes de perspectives, pour 2018, la BADEA a affiché sa volonté de financer les Petites et moyennes entreprises (PME). Le projet de réalisation de la route Tougan-Ouahigouya de plus de 35 milliards de FCFA, la ligne de crédit au Fonds d’appui à la promotion de l’emploi (FAPE) d’un montant de 2 milliards de FCFA… sont également au programme de financement de la banque. Pour Dr Sidi Ould Tah, c’est un grand honneur d’échanger avec l’équipe gouvernementale sur ses priorités. « Nous sommes très fiers pour notre participation au développement économique et social du Burkina Faso », a-t-il ajouté. Le directeur général de la BADEA a aussi expliqué que son institution ne contribue qu’au financement des projets proposés par l’exécutif burkinabè. « Nous n’avons pas de projets et d’agendas préétablis mais nous examinons ceux du gouvernement », a-t-il soutenu. Au cours de son séjour de quatre jours, Dr Sidi Ould Tah et sa délégation vont échanger avec les représentants de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) composés principalement de membres du secteur privé. La BADEA a été portée sur les fonts baptismaux le 18 février 1974 pour appuyer la coopération économique, financière et technique arabo-africaine. Son septième plan quinquennal 2015-2019 a porté le volume de ses engagements sur le continent africain à 1600 milliards de dollars soit une augmentation de 600 millions de dollars (300 milliards de FCFA) par rapport à son sixième plan quinquennal.  Sidawaya

NDLR: le titre est de tinganews

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *