.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Burkina: des trafiquants de peaux de lions et de panthères aux arrêts


Trois peaux de panthères et deux peaux de lions ont été saisies le 17 décembre par les services des eaux et Forêts du Burkina des mains de deux individus. Ces peaux ont été présentées aux femmes et hommes de média au cours d’une conférence de presse organisée le vendredi 11 janvier 2019 par le Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique à Ouagadougou.

 Malgré le renforcement des dispositifs institutionnels de gestion des aires protégées au Burkina Faso qui a permis d’assurer efficacement les appuis techniques aux différents acteurs, le suivi écologique et la lutte contre le braconnage, on rencontre des situations de braconnage  des animaux protégés. C’est le cas de ces deux individus interpellés par la Direction des Opérations de la Direction Générale des Eaux et forêts. Ils disposaient de peaux de panthères et de lions provenant des réserves classées du parc WAP (W – arly – Pendjari), situé entre les frontières du Bénin, du Burkina et du Niger. Pour l’instant, l’identité de ces deux personnes interpellées ne peut être révélée, car des enquêtes ont été ouvertes.

Une prompte et intelligente action des agents des eaux et forêts a permis de récupérer à temps ces peaux avant que les deux braconniers n’aient pu les écouler.

Les espèces fauniques sont classées en deux catégories : les espèces intégralement protégées et les espèces partiellement protégées et les panthères et les lions sont des espèces intégralement protégées, a expliqué le directeur général des Eaux et Forêts, Paul Djiemdé . DSC_0037.JPGCependant ils sont parmi les espèces menacées de la faune et le parc WAP reste un des rares et derniers refuges pour ces animaux, a précisé Dr Sibidou Sina, secrétaire général ministère en charge de l’environnement. A en croire le secrétaire général, les problèmes sécuritaires à l’Est de notre pays sont favorables au trafic de la faune dans cette partie de notre pays. Citant l’exemple du parc National d’Arly et les zones de chasse environnantes qui renferment plus de 4 000 éléphants, soit plus du tiers des éléphants de l’Afrique de l’Ouest,  Dr Sibidou Sina a rappelé que la richesse dont regorge encore la faune burkinabé risque de disparaître par les actions des hommes si l’on n’y prend garde.                                                                                          Selon la réglementation, notamment le Code Forestier au Burkina Faso, ces délinquants saisis encourent une peine de prison de 1 à 5 ans et une amende pouvant atteindre 5 millions de francs CFA.DSC_0027.JPG

Teléchargez la LOI N°003-2011/AN PORTANT CODE FORESTIER AU BURKINA FASO en cliquant ICI 

En cas de connexion faible débit, cliquez sur le lien suivant: LOI 003 PORTANT CODE FORESTIER AU BURKINA FASO 

Jérôme KABORE

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *