.
.

L'actualité, en toute intégrité

.

Agression de deux enseignants à l’école Farakan « A » : l’APE communale condamne


Les faits se sont passés la semaine dernière à l’école Farakan «A» de Bobo-Dioulasso. Deux parents d’élèves sont passés non pas pour s’enquérir du travail de leurs enfants mais pour agresser deux éducateurs dans l’exercice de leur fonction. Le comité communal des Associations des parents d’élèves (APE) du primaire condamne avec la dernière énergie cette agression et présente ses excuses aux enseignants et à la communauté éducative.

Les faits on ne peut les relater. Les parents d’élèves sont les partenaires privilégiés et incontournables de l’école. Mais, on pourrait dire que certains n’entendent toujours pas de cette oreille. Suite donc à cet incident, le Comité communal des APE du primaire ne pouvait rester indifférent. Une délégation composée de Hamadé Kindo, Julien Yaméogo, Oumar Da, Aboubacar Sirima, Abdoulaye Ouédraogo avec à leur tête Saïdou Traoré, président du conseil régional des APE des Hauts-Bassins est passée à notre rédaction le vendredi 25 janvier 2019 pour traduire leur mécontentement. La délégation dit être surprise du comportement de ces deux parents d’élèves qui sont allés agresser ces deux enseignants en charge de l’avenir de leurs enfants. Pour eux, le bon parent d’élève est celui qui est soucieux d’accompagner les enseignants dans leur noble mission qui est de donner le savoir aux enfants afin qu’ils soient des hommes de demain et utiles à la société. C’est pourquoi, le Comité demande à la justice de faire son travail afin que ces deux agresseurs répondent à la hauteur de leur forfait. Et bien, soyez rassurés car aux dernières nouvelles, les deux méditent leur sort en un lieu sûr et le dossier suit normalement son cours. Les cours dans les écoles de la ville de la Bobo-Dioulasso qui avaient été un peu perturbés la semaine dernière devraient reprendre ce matin même. Heureusement que le dialogue entre partenaires sociaux (syndicats), les responsables de l’éducation, les autorités régionales administratives, politiques, religieuses et coutumières a prévalu et la sérénité est revenue au grand bonheur de nos enfants.

Kofila TRAORE

Share Button

Avis

  • Total Score 0%
User rating: 0.00% ( 0
votes )



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *